Publicité
Publicité
Finance participative : les plateformes de crowdlending ripostent

Finance participative : les plateformes de crowdlending ripostent

0

Epinglées sévèrement le 23 février 2017 par l’UFC Que Choisir, les plateformes de crowdlending ont décidé de contre-attaquer via leur association « Financement Participatif France (FPF) ». Dans un rapport d’une vingtaine de pages publié le 2 mars 2017, la FPF conteste les accusations de l’association de consommateurs, tout en concédant que des améliorations sont possibles. Focus.

Crowdfunding
Crowdfunding

Rendement : plus de 3 points d’écart entre les estimations de la FPF et de l’UFC

La principale source de discorde entre les plateformes de prêt participatifs – crowdlending – et l’association de consommateurs portent sur le rendement des investissements. Dans son étude, l’UFC Que Choisir estime à seulement 0,33 % net le taux d’intérêt moyen servi aux investisseurs. Un calcul qui se base sur le rendement des 789 premiers prêts depuis décembre 2013. Un rendement que conteste la FPF. D’après ses propres calculs – cette fois sur les 1 000 premiers prêts accordés – le rendement réel serait plutôt de l’ordre de 3,69 %. Un grand écart !

Crowdlending

A lire aussi

Crowdfunding : UFC Que Choisir tire la sonnette d’alarme

Lire la suite

La FPF rappelle toutefois qu’il est probablement trop tôt pour procéder à ce type de calculs. Il est « difficile de donner des informations fiables sur les prêts dans la mesure où la finance participative en prêts est une activité très jeune », souligne-t-elle. « Le statut des intermédiaires en financement participatif (IFP), date de septembre 2014 ; les prêts ont une durée moyenne de l’ordre de 39 mois ; donc les premières cohortes de prêts vont se terminer dans les semaines qui viennent. »

La sélection des projets

Selon l’UFC Que Choisir, les plateformes de prêts participatifs manquent de rigueur dans la sélection des projets. En cause leur modèle économique : elles auraient intérêt financièrement à proposer le plus de projets possibles. Faux, répond la FPF. « Il n’est pas rare de consulter 15 sources différentes et indépendantes […] avant de prendre la décision de mettre en ligne un projet ».

logo

Conseil billet de banque

En tant qu’investisseurs, il est difficile de juger qui a tort et qui a raison. Toutefois, à notre sens, dans le contexte actuel de faibles rendements, le crowdlending peut être une alternative intéressante. Ayez toutefois bien à l’esprit que le prêt participatif est risqué. Notre conseil : diversifiez ! Vous souhaitez prêter 500 € ? Allouez 100 € à 5 projets différents.

Transparence et information des prêteurs, les propositions de la FPF

  • Sur les conditions générales

« Nous allons, en tant qu’association professionnelle, recommander aux plateformes d’améliorer la rédaction des CGU [conditions générales d’utilisation] et CGV [conditions générales de vente]. Nous allons également leur proposer de standardiser au mieux les informations sur le risque et les mises en garde vis-à-vis de prêteurs. » Pour rappel, l’UFC Que Choisir estimait que certaines clauses de ces conditions générales étaient abusives.

  • Sur les indicateurs de risque et de performance

L’UFC Que Choisir était dubitative sur les indicateurs de risques affichés sur les plateformes – le taux de défaut notamment. Et curieusement, les plateformes de crowdlending aussi…

« Sur la pertinence [des indicateurs] : nous partageons la critique de UFC. Les indicateurs qui nous ont été imposés ne sont pas pertinents, et induisent en effet une mauvaise perception du risque ; surtout pour une profession aussi jeune que la nôtre. C’est pourquoi la majorité des plateformes donnent ces indicateurs puisqu’ils sont obligatoires, mais les complètent par une série d’autres chiffres beaucoup plus proches de la réalité. »

Crowdfunding, crowdlending : quels risques ?

A lire aussi

Crowdfunding, crowdlending : quels risques ?

Lire la suite

Enfin, la FPF rappelle que la finance participative est un secteur récent et qu’à ce titre les plateformes « assument une mission d’éducation du risque ». Et vous, avez-vous déjà prêté sur des plateformes de crowdlending ? Vous êtes-vous senti suffisamment informé ?

Marie-Eve F

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE