Publicité
Publicité

Accueil » Actualités » La vente à réméré : une alternative au financement bancaire

La vente à réméré : une alternative au financement bancaire

0
Conseiller Bancaire
© Photo by Hunters Race on Unsplash
Rate this post

De nombreux propriétaires qui ne cochent pas toutes les cases des établissements bancaires n’ont pas accès au crédit malgré la garantie d’un patrimoine immobilier. Ce refus des banques les empêche de faire un rachat de crédits, financer l’achat d’un nouveau bien ou sortir d’un contentieux avec un créancier. Depuis quelques années, des professionnels de l’immobilier et de la finance ont relancé un principe juridique datant du moyen âge appelé vente à réméré pour répondre à ces propriétaires sans solution financement.

Le principe de la vente à réméré

La vente à réméré est une transaction immobilière dont l’objectif est de dégager des liquidités en s’appuyant sur son patrimoine immobilier. L’opération consiste à vendre son bien immobilier tout en devenant locataire et avec la possibilité de le racheter à tout moment sans que personne ne puisse s’y opposer.

Le fruit de la vente permet au propriétaire d’obtenir de la trésorerie pour rembourser des dettes, financer des investissements ou encore acheter un nouveau bien. Selon la loi, la durée d’une vente à réméré ne peut pas dépasser cinq années. Dans la pratique, les opérations de réméré sont limitées de 18 à 36 mois. Au-delà de ce délai, le vendeur ne peut plus racheter son bien.

Le prix de vente du bien est compris entre 50 et 70% de la valeur réelle du bien. Le prix de rachat est égal ou légèrement supérieur. L’objectif du vendeur sera donc de racheter son bien dans les délais pour éviter d’être lésé et d’avoir vendu un bien immobilier nettement en dessous de sa valeur. Avant de s’engager dans l’opération, le vendeur doit être en mesure de pouvoir racheter le bien avant la fin du réméré. Cette solution est le plus souvent un financement bancaire après l’assainissement des dettes grâce au fruit de la vente à réméré.

Si le vendeur ne peut pas racheter son bien ou ne le souhaite pas, il a également la possibilité de le revendre aux conditions qu’il souhaite (prix, choix de l’agence immobilière, délai, etc.). Au moment de la revente, il encaisse la différence entre le prix de revente et le prix de rachat. Cette alternative évite d’être lésé si on ne peut pas racheter son bien. Elle offre également du temps aux propriétaires qui veulent se séparer d’un bien mais pas dans l’immédiat.

Pour en savoir plus sur les possibilités qu’offre la vente à réméré : mediationimmo.fr/vente-a-remere

À qui s’adresse la vente à réméré ?

La vente à réméré est destinée majoritairement à des propriétaires en surendettement ou interdits bancaires. Elle leur permet d’apurer leur finance et de se rétablir financièrement. Sans le réméré, ils auraient été contraints de se séparer d’un bien auquel ils sont attachés. Souvent fichés à la Banque de France, les propriétaires n’ont plus accès au financement bancaire. La vente en réméré, en soldant les crédits qui ont conduit au fichage bancaire, leur offre à nouveau un accès au circuit bancaire.

Une partie des propriétaires qui optent pour la vente à réméré sont sous le coup d’une procédure de saisie immobilière et risquent de voir le bien bradé dans une vente aux enchères. Dans ces conditions, le réméré est une solution de derniers recours pour éviter de subir une expulsion.

Cependant, il n’y a pas que des propriétaires en détresse financière qui choisissent la vente à réméré. Elle est également utilisée comme alternative au prêt relais pour des propriétaires dont le prêt relais a été refusé. Avec la vente du bien en réméré, le propriétaire obtient les fonds pour acheter son nouveau bien. Il dispose ensuite de temps pour revendre son bien et encaisser la différence entre le prix de revente et le prix de rachat.

Comment ne pas se faire avoir ?

La vente à réméré n’est pas une opération anodine car elle engage son patrimoine immobilier. Il est donc essentiel d’être bien conseillé et d’anticiper tous les aléas avant de s’engager. Un organisme spécialisé en réméré ou une étude de notaire saura vous conseiller avant de vous décider de vendre votre bien en réméré.

Si votre objectif n’est pas de revendre le bien mais de le conserver, il est primordial d’étudier au préalable votre capacité d’endettement pour racheter le bien. La vente à réméré doit apurer toutes vos dettes, car les mensualités restantes handicaperont fortement votre capacité d’emprunt. Si vous pensez financer le rachat par la vente d’un autre bien, assurez-vous de disposer de suffisamment de temps pour la vente du bien.

Comme pour toute vente immobilière, la vente à réméré est instruite par une étude de notaire. Elle rédige l’acte de vente et conseille chaque partie. L’étude de notaire mettra en garde le vendeur sur les dangers de l’opération s’il ne réussit pas à racheter le bien dans le délai imparti.

Pour conclure, le réméré peut être une excellente solution pour résoudre des problèmes financiers à condition d’être bien accompagné dès le départ de l’opération.

Pour plus d’informations, obtenir des conseils et découvrir en détail la vente à réméré, rendez-vous sur le site mediationimmo.fr.

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE