Publicité
Publicité
Après l’Apple Card, la Google Card disponible en 2020 ?

Après l’Apple Card, la Google Card disponible en 2020 ?

0

Google est partout, et même dans votre portefeuille ! Le géant du web vient d’annoncer son intention de proposer, dès 2020, un compte courant. Développé en partenariat avec la banque Citigroup, ce nouveau service sera compatible avec Google Pay et pourrait, à terme, être accompagné d’une Google Card.

Hands Free Google
Hands Free Google

Google Bank et sa Google Card : bientôt une réalité ?

C’est officiel, Google se lance dans la banque ! Baptisé « Cache », le projet devrait voir le jour d’ici fin 2020. La firme de Moutain View avait déjà mis un pied dans la porte en lançant fin 2018 son propre service de paiement mobile, baptisé Google Pay.

Pas de crédit, de Livret A ou d’assurance-vie prévus pour l’instant. Dans une interview au Wall Street Journal, Caesar Sengupta, responsable des paiements et cadre exécutif chez Google aurait en effet indiqué que le géant du web ne proposera que des « checking accounts », c’est-à-dire des comptes courants.

Pour l’instant, on ignore si une Google Card sera proposée aux utilisateurs. On ne sait pas non plus si Google entend facturer des frais bancaires ou si le compte sera gratuit. En revanche, Google a d’ores et déjà annoncé que son compte bancaire serait compatible avec la solution de paiement mobile Google Pay.

Si l’idée d’ouvrir un compte en Banque Google et de régler vos achats à l’aide d’une Google Card vous plaît, il faudra toutefois vous armer de patience, puisque le service ne sera disponible qu’aux Etats-Unis dans un premier temps.

Google s’ouvre aux partenariats avec les banques

Pour lancer sa nouvelle offre, le géant de la Silicon Valley s’est associé à Citigroup, une banque d’investissement américaine classée au 14ème rang des plus grandes entreprises publiques au monde selon Forbes. Google a également annoncé un partenariat avec la coopérative de crédit de l’université de Stanford, en Californie, à qui sera confiée la gestion des comptes.

Une logique coopérative qui n’est pas sans rappeler l’alliance d’un autre géant de la tech avec une banque. Quelques mois plus tôt, Apple s’était en effet tourné vers Goldman Sachs pour créer son Apple Card.

« Notre approche consistera à établir un partenariat étroit avec les banques et le système financier », a déclaré Caesar Sengupta. « C’est peut-être un chemin légèrement plus long, mais c’est plus durable. »

L’intérêt pour Google est double.

En s’associant avec une grande banque, la firme de Moutain View bénéficie de l’expertise d’un acteur qui connaît bien le milieu et dispose des infrastructures nécessaires. Google peut en outre s’affranchir des lourdes contraintes réglementaires et administratives qui pèsent sur l’activité bancaire pour se concentrer sur ce qu’il fait de mieux : améliorer votre expérience utilisateur.

Surtout, Google évite de se positionner comme un concurrent des banques, ce qui l’aurait probablement conduit à se faire des ennemis puissants. Chez les banques, d’une part, mais aussi chez les Etats, qui – pour certains – voient d’un mauvais œil l’arrivée des GAFA dans un secteur aussi sensible que la banque. On pense par exemple à Facebook, qui s’est mis à dos les régulateurs du des trois quarts du globe avec son projet de monnaie numérique universelle, le Libra.

S’associer à une banque et passer par des partenariats confère donc à Google une plus grande légitimité. Malgré ces précautions, le géant du web marche sur des œufs. Aux Etats-Unis, l’entreprise fait déjà l’objet d’une enquête pour abus de position dominante.

Données bancaires : le nouvel El Dorado des GAFA

Mais au fait, pourquoi les GAFA s’intéressent-ils tant à la banque ? Après Apple Pay, l’Apple Card, Facebook Pay, les paiements entre amis sur Messenger et alors qu’Amazon semble réfléchir à lancer sa propre offre de compte bancaire, la question semble légitime.

D’autant que le secteur n’est plus aussi lucratif qu’il a pu l’être à une époque. L’arrivée des banques en ligne et, plus récemment, des banques mobiles a résulté en une concurrence accrue. Face à ces nouveaux acteurs qui n’hésitent pas à casser les prix, les marges des banques traditionnelles sont sous pression.

Non. Ce qui intéresse les GAFA, c’est vous. Or, un compte courant est une véritable mine d’informations : toutes vos dépenses y sont recensées ! L’accès à ces données est le nerf de la guerre pour les géants du web.

Rassurez-vous toutefois : Google était attendu au tournant et s’est engagé à ne pas communiquer les précieuses données personnelles récoltées via votre compte en banque. La firme de Moutain View utilisera ces données pour proposer à ses clients des programmes de fidélité sur mesure.

« Si l’on peut aider les gens à faire plus de choses en ligne, c’est bon pour Internet et pour nous », conclut Caesar Sengupta. Quelques années après le scandale de Cambridge Analytics, le sujet de l’utilisation des données personnelles par les GAFA demeure toutefois très sensible.

Et vous, seriez-vous prêt à ouvrir un compte en banque Google et à régler vos achats à l’aide de votre Google Card ?

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE