Publicité
Publicité
Banque : Bercy dévoile son plan pour les clients fragiles

Banque : Bercy dévoile son plan pour les clients fragiles

0

Alors que la rentrée scolaire bat son plein, le Ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a dévoilé son plan pour réduire les frais d’incidents bancaires. Destinée aux clients bénéficiaires de l’offre spécifique (OS) créée en 2014 pour les personnes en situation de fragilité financière, la mesure repose toutefois sur la bonne volonté des banques… Au grand dam des associations.

Frais bancaires

Souvent pointés du doigt par les associations de consommateurs, les frais d’incidents bancaires – comprenez les frais que vous payez lorsque vous êtes en découvert non autorisé – auraient généré 6,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016 selon une étude de 60 millions de consommateurs en date d’octobre 2017.

Le gouvernement, alerté début juillet par plusieurs associations de consommateurs, avait annoncé son intention d’intervenir pour encadrer ces frais, estimés par le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) à 180 euros par an en moyenne. Après plus de 2 mois de discussions avec les banques, Bruno Le Maire a finalement annoncé ce lundi 3 septembre 2018 sa volonté de plafonner ces frais à 20 euros par mois et 200 euros par an.

lupa

Comparez les banques

Votre banque vous coûte trop cher ? Comparez les offres sur Panorabanques et réalisez jusqu’à 300 € d’économies ! Je compare

Attention : seuls les bénéficiaires de l’offre spéciale – soit environ 350 000 personnes en France à  ce jour – sont concernés. Une bonne nouvelle pour ces derniers ? Cela reste encore à prouver car le montant exact de ce plafond restera à la discrétion de chaque établissement bancaire.

Une absence de mesure coercitive qui fait appel à la bonne volonté des banques… et provoque la colère des associations de consommateurs. « Le plan d’action n’est pas à la hauteur des enjeux ! » dénonce dans un communiqué l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF), pour qui « sans contraintes, les banques ne feront jamais évoluer leur modèle économique ».

Les découverts bancaires en hausse continue depuis 20 ansA lire aussi

60% des Français en dépassement de découvert au moins 1 fois par an

Lire la suite

S’il reste timide, un premier pas a toutefois été franchi par le régulateur. Les efforts des banques seront ainsi soumis à l’appréciation de l’Observatoire de l’inclusion bancaire (OIB). Dans l’éventualité où les banques ne se prêteraient pas au jeu, le gouvernement pourrait alors durcir le ton.

A charge également pour les banques de communiquer autour de l’offre spéciale – cette formule bancaire de base qu’elles ont l’obligation de proposer et dont le prix est plafonné à 3 € par mois. Seuls 10 % de la population en droit d’y prétendre a aujourd’hui souscrit à cette offre.

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE