Publicité
Publicité
Pourquoi êtes-vous séduits par le Compte-Nickel ?

Pourquoi êtes-vous séduits par le Compte-Nickel ?

0

Le Compte-Nickel, 1er compte sans banque a réussi à conquérir le public. 700 000 comptes ont été ouverts depuis sa création en 2014 ! Alors quelle est la recette de son succès ? A qui il s’adresse et pourquoi plaît-il tant ?

compte nickel
compte nickel

En 2013, Hugues Le Bret et Ryad Boulanouar ont lancé le Compte-Nickel, ce fameux compte qu’on ouvre en quelques minutes chez un buraliste. Depuis sa création 30 000 comptes ont été ouverts chaque mois. Un énorme succès, et il ne compte pas s’arrêter-là !

Un grand nombre de ses clients sont en situation de fragilité financière : 40% d’entre eux sont sans emploi ou ont des revenus irréguliers. 60% gagnent moins que le SMIC. En effet, aucune condition de revenus n’est demandée pour ouvrir ce compte sans banque, ce qui est un sacré avantage par rapport à certaines banques en ligne !

Mais pas que ! De nouveaux clients font leur apparition : 20% gagnent plus de 1 500 euros par mois et 3% plus de 3 000 euros.

Le Compte-Nickel, facile à ouvrir et à gérer

Ce compte sans banque ne remplace pas complètement une banque, il ne permet pas disposer d’un chéquier, d’être à découvert, de souscrire de crédit, ou encore d’épargner. Alors comment a-t-il réussi à s’imposer face aux banques traditionnelles ?

Réponse : le temps réel et simplicité !

Fini le temps où vous passiez votre journée à essayer de joindre votre conseiller ou à payer des agios ou des frais pour dépassement de l’autorisation de découvert.  En effet, un virement effectué depuis une autre banque vers un Compte-Nickel arrive en quelques heures sur le compte. De plus, la moindre dépense avec la carte de débit est comptabilisée immédiatement et du coup vous empêche d’être à découvert.

Tout est géré depuis une application dédiée. Le client, en consultant ses comptes sur son application, sait précisément où en est ses finances. Le système de temps réel permet également d’avoir une carte MasterCard à autorisation systématique : pas d’argent sur le compte, pas de paiement possible.

Et pour ouvrir un compte rien de plus simple ! Il suffit de se rendre dans un des 2 800 bureaux de tabac en France qui offrent ce service, d’avoir votre carte d’identité et 20 euros. En à peine quelques minutes, le client obtient une carte de paiement avec un RIB.

Payer à moindre frais

En plus des avantages déjà présentés, Compte-Nickel en a d’autres à mettre en avant : les frais.

De plus, les deux premiers rejets de prélèvements sont gratuits tous les mois et une alerte est envoyée au client pour qu’il alimente son compte en cas de découvert (qui n’est pas autorisé sur le compte rappellons-le !). Dans les banques traditionnelles, un rejet de prélèvement coûte autour de 20 euros. Le dernier observatoire de l’inclusion bancaire, publié par la Banque de France en juin 2017, a montré que les personnes dans des situations financières précaires payent en moyenne 182 euros par an de commissions d’intervention et 162 euros de frais de rejet.

Le client d’un Compte-Nickel, ne payerait lui, en moyenne, à une cinquantaine d’euros par an. Les retraits au distributeur sont facturés eux, un euro et les dépôts de cash, 2% du montant encaissé (dans les bureaux de tabac). L’établissement facture également 20 euros de fonctionnement annuel.

Que ce soit, N26, Morning Pay ou C-zam, les néo-banques séduisent de plus en plus et attirent chaque jour de nouveaux clients. C’est d’ailleurs pour cette raison que BNP Paribas a racheté au printemps dernier, 95 % de FPE, la société de Compte-nickel. Les 5% restants appartiennent toujours à la Confédération des buralistes. La BNP souhaite donc développer ce marché et a pour objectif d’atteindre l’ouverture de deux millions de comptes d’ici à 2020.

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE