Publicité
Publicité
Le dépassement de découvert : une facture moyenne de 60€/an

Le dépassement de découvert : une facture moyenne de 60€/an

1

Le comparateur de banques Panorabanques.com dévoile les résultats de sa traditionnelle étude sur les Français et le découvert bancaire. Beaucoup de Français sont souvent en dépassement de leur découvert autorisé et ils le paient très cher : 60€ en moyenne. Pourtant il existe des solutions pour alléger la facture. Décryptage.

Portefeuille vide

68% des Français souhaitent disposer d’une autorisation de découvert

C’est par prudence que plus des 2/3 des Français veulent pouvoir bénéficier d’une autorisation de découvert. En effet, même parmi ceux qui ne sont jamais dans le rouge, ils sont 42% à vouloir bénéficier de cette facilité. Il faut dire que la mise en place d’une autorisation est gratuite dans plus de la moitié des banques. Le conseiller personnel en est souvent à l’initiative – elle est d’ailleurs parfois incluse dans l’offre groupée de services distribuée par leur banque (package).

Le niveau de l’autorisation de découvert est fonction des revenus. L’usage veut que les banques consentent normalement à leurs clients une autorisation de découvert équivalente à un demi mois de revenus mais ce n’est pas systématique. Le montant de l’autorisation est inférieur à 500€ pour 1/3 des personnes et supérieur à 1 500€ pour 1/4 d’entre eux.

Mais beaucoup d’entre eux dépassent quand même la limite autorisée

La majorité des Français est concernée par le dépassement de découvert puisque 61% d’entre eux dépassent leur limite autorisée au moins 1 fois par an. Un quart d’entre eux sont dans le rouge vif tous les mois.

fréquence du dépassement de découvert autorisé

Une facture lourde mais globalement stable depuis 2 ans

Après une forte baisse en 2014, due au plafonnement des commissions d’intervention, les frais liés au dépassement de découvert augmentent légèrement depuis 2 ans, pour s’établir à près de 60€ par an.

Coût du dépassement du découvert autorisé entre 2013 et 2016

  • Depuis 2014, beaucoup de banques se sont alignées à la hausse sur le plafond légal de 8€ par commission d’intervention : 13 banques étaient en deçà du plafond en juillet 2015, elles ne sont désormais plus que 8.

Le plafonnement des commissions d’intervention. La loi n° 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires a introduit un plafonnement des commissions d’intervention en cas de dépassement du découvert autorisé (article 52). Depuis le 1er janvier 2014, pour les personnes physiques n’agissant pas pour des besoins professionnels. Ce plafonnement est mis en œuvre par le décret n° 2013-931 du 17 octobre 2013, qui limite les frais à : 8 euros par opération et à 80 euros par mois.

  • Dans le contexte actuel, le taux applicable au découvert autorisé est resté très élevé : il est par exemple de 8% l’an dans les principales banques en ligne, de 12% à la Caisse d’Epargne Île de France, 14% à la Banque Postale et de l’ordre de 16% chez BNP Paribas…
  • Dès que la limite autorisée est dépassée, et que le compte vire au rouge vif, l’addition devient encore plus lourde car le taux appliqué est encore plus pénalisant : il peut atteindre 16% dans les banques en ligne et 18% dans certaines banques traditionnelles.

Ces taux ne s’appliquant qu’à des sommes réduites sur des périodes courtes, ce sont surtout les commissions d’intervention, facturées par 95% des banques, qui pèsent lourdement sur les finances des Français.

Un phénomène qui concerne tout le monde

Le dépassement de la limite autorisée concerne tout le monde, quel que soit le niveau de revenus. En effet, 52% des Français qui disposent de revenus confortables (supérieurs à 3 000€) sont dans le rouge vif au moins une fois par an.

Fréquence dépassement du découvert selon les revenus

Pourquoi les Français sont-ils autant et si souvent en dépassement de découvert ?

  • Problème de trésorerie passager : près de la moitié des personnes qui sont en dépassement de découvert expliquent l’être à cause de problèmes financiers ponctuels.
  • Mais une personne sur quatre convient qu’elle est en dépassement car elle gère mal son compte car elle dispose de liquidités par ailleurs ou qu’elle a anticipé certains achats en sachant qu’elle risquait de passer dans le rouge…

Pour beaucoup de Français, ces frais pourraient être réduits

  • Les nouveaux outils digitaux mis à la disposition des clients sont faciles à utiliser et permettent de suivre son compte au quotidien, de recevoir des alertes et de faire des mouvements d’équilibrage entre comptes épargne et compte courant.
  • Près de la moitié des personnes interrogées disent qu’elles ne préviennent pas leur conseiller bancaire de leurs difficultés et se pénalisent en adoptant la politique de l’autruche. En établissant un dialogue direct avec sa banque, il est souvent possible de négocier un relèvement de sa limite autorisée, même temporairement et ainsi éviter de payer les commissions d’intervention. Seuls 1/5 des clients pensent à négocier et ils obtiennent satisfaction 3 fois sur 4…
  • A défaut d’obtenir une limite autorisée plus élevée, les clients des banques auraient parfois intérêt à souscrire un crédit à la consommation qui coûte beaucoup moins cher, qui va soulager leur trésorerie pour plusieurs mois, mais qu’il faudra évidemment rembourser selon un échéancier.
VERBATIM de Guillaume Clavel, Président de Panorabanques.com :
« Les frais liés au dépassement de découvert autorisé représentent le tiers de la facture des frais bancaires. Tout le monde est concerné, quel que soit le niveau de revenus. La facture moyenne est de 60€ mais pour les plus accrocs, elle peut dépasser 200€ !
Pour limiter les risques de dépassement de découvert autorisé, il faut apprendre à se servir des nombreux outils que les banques proposent sur leurs applis et qui servent soit à gérer son compte soit à gérer son budget.
Pour limiter les coûts liés au dépassement de découvert autorisé, il faut établir un dialogue avec sa banque. Pensez aussi à la comparer avec les autres banques car elles ont toutes des pratiques différentes tant en ce qui concerne l’autorisation de découvert que les taux appliqués ou les commissions d’intervention. »

 

lupa

A propos de Panorabanques.com

Leader de la comparaison de banques sur internet, Panorabanques.com est un service gratuit d’information et de comparaison des offres bancaires. Panorabanques.com s’adresse aux particuliers qui veulent optimiser leurs relations bancaires : une information claire et actualisée sur près de 160 banques et plus de 130 services, la possibilité de comparer les banques entre elles, tant sur leurs tarifs que sur leurs services, un simulateur de frais bancaires, élaboré par un professionnel et indépendant, qui présente des résultats personnalisés sur la base des tarifs et des services. Panorabanques.com compare également les produits d’épargne et le crédit à la consommation.

Je compare

 

Profil de Guillaume Clavel, président fondateur de Panorabanques.com

GCminiHomme d’entreprises, Guillaume Clavel met au service du site Panorabanques.com son expérience de la finance et de l’Internet. Il a consacré dix années dans le domaine de la banque en tant qu’Analyste au Crédit Lyonnais et Chargé d’Affaires à la Banque de Gestion Privée. Il occupe le poste de Directeur Financier du Groupe Livres Hachette. En 1999, il est un des fondateurs de Mistergoodeal, site e-commerce vendu en 2005 au Groupe M6, dont il est le Directeur Général jusqu’à la fin de 2008. En 2010, Guillaume Clavel est le Président de la société qui édite le site Panorabanques.com qu’il a créé avec M6, Benoit Lassara et Thibaut Ravisé.

Il préside l’Association de la Performance et du Lead sur Internet, APLI.

Guillaume Clavel est diplômé de Sciences Po, IEP Paris.

frais bancaires hausse

A lire aussi

Les frais bancaires repartent à la hausse selon une étude exclusive du comparateur Panorabanques.com

Lire la suite

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE