Que ce soit pour amortir les charges, rembourser tout ou partie d’un emprunt ou générer un revenu complémentaire, louer sa résidence secondaire peut être une bonne idée ! Point sur les démarches, les revenus potentiels et les frais à prévoir.

Pourquoi louer sa résidence secondaire ?

Une résidence secondaire, ça engendre des frais : entretien de la maison, impôts, travaux de rénovation ou d’aménagement… et pourtant vous n’y vivez pas toute l’année. Alors comment amortir ces frais, voire tirer un bénéfice de ce logement ?

C’est là qu’on pense à la location saisonnière. Un mois par an peut suffire, et vous permettre de continuer à profiter de votre résidence secondaire le reste du temps.

A noter : vous pouvez également mettre en location votre résidence principale, dans la limite de 120 jours par an. Au-delà de cette limite, cette résidence sera considérée comme une résidence secondaire soumise à l’obligation de déclaration.

Contrairement à la location en meublé de tourisme des résidences secondaires, la location en meublé de tourisme des résidences principales n’est le plus souvent pas soumise à une quelconque déclaration. Cependant, dans certaines grandes villes confrontées à des problèmes de logement, qui ont mis en place une autorisation de changement d’usage des résidences secondaires et une procédure de déclaration ouvrant à enregistrement obligatoire, il vous faudra demander à la mairie une « autorisation de changement d’usage » pour la location des résidences secondaires et un numéro d’enregistrement que vous devrez afficher sur l’annonce de la location de votre résidence principale ou secondaire.

Quel revenu envisager ?

Alors là, ce n’est pas facile de vous répondre : cela va dépendre de plusieurs critères, notamment de la situation géographique du bien (très demandée par les vacanciers ou non), de votre bien en lui-même (sa taille, le nombre de chambres etc.), de la saisonnalité et du nombre de jours que vous ouvrez à la location.

D’après les données du site Abritel, sur la base de 75% de taux d’occupation des logements entre le 21 juin et le 21 septembre 2018, voici le top des revenus mensuels moyens par département (pour les logements de 2 chambres et plus) :

Ville Montant
Paris 6 305 €
Var 6 091 €
Alpes-Maritimes 6 061 €
Corse-du-Sud 5 879 €
Bouches-du-Rhône 5 457 €
Vaucluse 5 454 €
Gironde 5 245 €
Landes 5 006 €

Abritel met à disposition  un outil de calcul des revenus potentiels qui utilise l’adresse et les caractéristiques de votre bien pour vous permettre d’obtenir facilement une estimation de vos futurs revenus.

Déposer votre annonce sur le site Abritel.fr

Là vous vous dites : ça m’intéresse mais comment faire ? Il faut publier une annonce avec votre logement.

Le site Abritel est fait pour mettre en relation les propriétaires particuliers (et les agences immobilières) avec des vacanciers. Votre annonce est ainsi visible par des milliers d’internautes et vous maximisez ainsi le taux d’occupation de votre logement.

Tout se passe sur le site, paiement compris, et vous recevez l’argent le lendemain de l’arrivée des locataires chez vous. Vous pouvez également mettre en place une caution sur votre annonce, qui sera rendue aux locataires si vous n’avez aucune raison de la retenir.

En utilisant Abritel vous pourrez choisir entre deux modèles :

  • Un modèle avec un prélèvement de 5 % de commission sur chaque réservation auquel s’ajoutent 3% de frais bancaires
  • Un modèle d’abonnement annuel de 249€TTC où vous ne payez alors plus de commission exceptée pour la commission de frais bancaires (Au-delà de 5 000€ de revenus annuels cette option est la plus rentable)

Donc oui ça vous coûte un peu d’argent (pensez à intégrer ces frais dans votre calcul de rentabilité), mais ça vous permet de trouver facilement des vacanciers et d’enregistrer des réservations.

 Découvrez ce que vous pourriez gagner sur Abritel.fr

Les frais et impôts

Il faut aussi penser que vous aurez quelques frais d’entretien : du ménage, d’éventuelles assurances, des remplacements de consommables (café, thé, produits basiques).

Si vous ne voulez pas gérer vous-même la location (ou si vous habitez loin de votre résidence secondaire), plusieurs solutions s’offrent à vous : demander gentiment à vos voisins, à la personne que vous embaucherez pour faire le ménage ou encore à des sociétés de conciergerie ou agences immobilières (mais la commission qu’ils appliquent est plus élevée et cela impactera la rentabilité de la location.).

Enfin, vos revenus sont soumis à l’imposition sur le revenu et aux prélèvements sociaux. Mais des abattements très intéressants existent et allègent ainsi la fiscalité sur ces revenus.

En pratique, Voici les différents régimes qui pourraient vous être applicables.

Le régime micro-BIC

Vous pouvez bénéficier du régime micro-BIC à condition que votre chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 70 000 Euros hors taxe . Le bénéfice taxable ou le résultat imposable est égal aux recettes annuelles brutes diminuées d’un abattement forfaitaire pour frais réputé tenir compte de toutes les charges de 50%.

Du fait de cet abattement, ce régime peut s’avérer intéressant, notamment lorsque le montant des charges et des amortissements se révèlent inférieur à 50% du montant des recettes annuelles hors taxe. Ce régime ne permet de déduire aucune charge pour son montant réel. A partir du moment où vos charges dépassent 50% des recettes brutes (exemple, les intérêts d’emprunt liés à l’achat du logement), il serait préférable d’opter pour le régime réel d’imposition.

Veuillez noter que les activités de meublés de tourisme classé et chambres d’hôtes[1] relèvent, pour l’application du régime micro-BIC, du seuil applicable aux ventes, soit 170 000 Euros et bénéficient d’un abattement forfaitaire pour frais de 71%.

Le régime réel simplifié ou réel normal

Le régime réel (simplifié ou normal) peut s’avérer plus avantageux que le micro-BIC, grâce aux charges qu’il permet de déduire des recettes locatives et aux amortissements qui peuvent être pratiqués mais c’est un régime fiscal plus compliqué, car il faut tenir une véritable comptabilité et il vaut mieux se rapprocher d’un expert-comptable. Voilà, vous êtes parés ! On vous conseille de faire vos calculs avant de vous lancer. Utilisez l’outil de calcul des revenus puis retirez de vos estimations  les charges, impôts et frais divers… Le résultat est positif ? Il ne reste plus qu’à vous lancer !

Découvrez ce que vous pourriez gagner sur Abritel.fr

Ce contenu ayant une portée purement informative, il ne doit en aucun cas être substitué aux normes en vigueur.

[1] article L.324-1 et L.324-3  du Code du tourisme

Document à caractère publicitaire.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE