Publicité
Publicité
Besoins bancaires des professionnels : les banques à côté de la plaque...

Besoins bancaires des professionnels : les banques à côté de la plaque ?

0

Maquis tarifaire, inadéquation des offres avec les besoins des entreprises, insuffisance des outils mis à disposition… les griefs de la clientèle professionnelle contre les offres des banques sont nombreux. Qonto – la start-up qui se présente comme l’alternative bancaire pour entrepreneurs et startups – les a compilés dans une étude menée auprès de 250 chefs d’entreprise, dirigeants et entrepreneurs, du 30 janvier eu 07 février 2017*. Le constat est sans appel : 80 % des professionnels considèrent que les offres des banques traditionnelles ne sont pas adaptées aux besoins des petites entreprises. Focus.

Qonto

Des offres bancaires pas du tout adaptées pour 44 % des sondés

Pour la gestion de leur compte professionnel, les entreprises et les startups « veulent du changement », nous dit l’étude. Et pour cause ! Si 80 % des professionnels pointent du doigt l’inadéquation des offres bancaires qui leur sont proposées avec leurs besoins réels, 44 % trouvent ces offres absolument inadaptées.

Satisfaction offre bancaire pro DR:Qonto

36 % des répondants se montrent plus modérés en déclarant que ces offres « ne sont pas vraiment adaptées ». Seuls 5 % des interrogés se déclarent « tout à fait satisfaits » de ces offres, 7 % ne se prononçant pas.

lupa

Comparer les offres bancaires pour les pro

Vous voulez y voir plus clair dans les offres bancaires à destination des professionnels ? Sur Panorabanques, vous pouvez procéder à une comparaison gratuite des comptes professionnels et personnaliser votre simulation avec les produits et services dont vous avez vraiment besoin !

Je compare

Les pros souhaitent disposer de meilleurs outils et de tarifs transparents

Afin de mieux pouvoir suivre leurs comptes au quotidien, 45 % des professionnels souhaitent disposer de meilleurs outils (site, application mobile). Sur la question des prix, 27 % des sondés veulent bénéficier d’offres d’abonnement sans engagement et d’une tarification transparente. Enfin, les professionnels interrogés font une place de choix à la réactivité du service client et au temps qu’ils pourraient gagner (20 %).

Professionnel

A lire aussi

Banque pour les professionnels : vers plus de concurrence ?

Lire la suite

La réponse de Qonto

Selon Alexandre Prot et Steve Anavi, co-fondateurs de Qonto : « Si nous en étions intimement persuadés, nous avons à présent des chiffres concrets pour étayer nos convictions : les entrepreneurs, dirigeants de startups et de PME veulent autre chose que ce que les banques traditionnelles leurs offrent aujourd’hui. Parmi les innovations développées par les alternatives bancaires comme Qonto, les professionnels réclament des offres en adéquation avec les modes de fonctionnement des entreprises actuelles : un service vraiment 100 % digital (aucun déplacement en agence ni courrier à envoyer), des droits et accès pour les différents profils d’utilisateur (assistant, manager, comptable, etc.), des       interfaces simples et intuitives, un service client réactif, efficace et transparent. »

A l’origine de la start-up Qonto, il y a une « expérience bancaire frustrée – chronophage, opaque, et peu adaptée [aux] besoins des entrepreneurs », peut-on lire dans le communiqué de Qonto. Ainsi, qui mieux qu’un client professionnel frustré peut créer le service dont tous les clients professionnels rêvent ?

C’est le pari lancé par la start-up qui permet aux professionnels :

  • De commander des cartes bancaires MasterCard – virtuelles et/ou physiques
  • D’agréger les données de leurs différents comptes bancaires
  • De collaborer mieux en équipe : à travers l’interface collaborative avec identifiants et droits spécifiques pour les différents types d’utilisateurs (admin, employé, manager)
  • De dire adieu à la paperasse : les factures des principaux fournisseurs et celles des employés sont centralisées automatiquement sur l’espace Qonto
  • De connecter leur compte Qonto à leurs applications préférées : logiciel de gestion de la relation client (CRM), logiciel de paie ou de facturation
  • D’effectuer et recevoir des virements en devise rapides, à des prix clairs et réduits, via des partenariats avec des services fintech
Actuellement, vous avez la possibilité de tester la solution de Qonto en avant-première en vous rendant ici : https://qonto.eu/. Le lancement officiel de Qonto aura lieu courant avril 2017.

Un marché qui s’ouvre : Boursorama Banque Pro, Anytime…

Sur le marché de la banque pro, de nouveaux acteurs – à l’image de Qonto – font leur entrée. La start-up Anytime – lancée en 2012 – a ainsi décidé d’étoffer son offre destinée aux professionnels, après s’être fortement positionnée sur le marché des particuliers. La fintech Sogexia présentait également – début décembre 2016 – sa solution de compte pour les professionnels baptisée Business par Sogexia.

De la même manière, il n’est pas exclu – sans être non plus d’actualité – que le Compte Nickel entre aussi sur le marché de la banque pour les pros.

Peut-on ouvrir un compte professionnel dans une banque en ligne ?

A lire aussi

Peut-on ouvrir un compte professionnel dans une banque en ligne ?

Lire la suite

Enfin, Boursorama Banque a lancé le 12 janvier 2017 une offre pour les clients professionnels – facturée 9 € par mois, soit 108 € par an. Avec cette offre, c’est le marché de la banque en ligne qui s’ouvre à cette catégorie de la population.

La banque mobile Soon a quant à elle lancé une offre dédiée aux autoentrepreneurs sur le modèle de son offre aux particuliers, en janvier 2016.

Maintenant, avant de choisir son offre professionnelle – bancaire ou alternative – il convient de comparer les pratiques du marché. Sur Panorabanques, vous pourrez comparer les offres des banques traditionnelles, de Boursorama Banque et de Anytime !

*Etude réalisée par emailing du 30 janvier au 07 février 2017 auprès de 250 chefs d’entreprise, dirigeants et entrepreneurs. Profil des entreprises : 29% de sociétés dans le secteur informatique et internet (agences web, startups, etc.), 25% de sociétés de service et de conseil, 3% d’e-commerçants, 43% de sociétés diverses ou autres.

Jihane Bensouda

 

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE