Publicité
Publicité
Etude BCE : le cash a la peau dure !

Etude BCE : le cash a la peau dure !

0

Vous est-il déjà arrivé de penser que le cash est une espèce en voie de disparition ? Si c’est le cas, vous n’êtes pas seul : pour beaucoup, l’avènement d’une société sans argent liquide n’est qu’une question de temps ! Pourtant, une étude de la Banque Centrale Européenne (BCE) révèle que l’usage d’espèces pour les transactions du quotidien reste stable dans la zone euro. Explications.

Envoi argent à l'étranger
Cash

Vers une « cashless society » ?

Les paiements électroniques volent de record en record. Sur la seule année 2017, 1,2 milliards de transactions ont été réalisées par l’intermédiaire du sans contact en France. En parallèle, le paiement mobile poursuit son ascension, avec l’arrivée prochaine de Samsung Pay dans l’Hexagone pour concurrencer Apple Pay, Paylib ou encore Lyf Pay. Quant à la carte bancaire, vous êtes 66% à plébisciter ce moyen de paiement plutôt qu’un autre pour vos achats du quotidien.

Autant de signes qui laissent penser que pièces et billets sont bel et bien condamnés à disparaître de votre portefeuille à plus ou moins brève échéance. En Suède et en Norvège, où les règlements en espèces ne représentent qu’une infime part des transactions, la « cashless society » est déjà une réalité.

Les Etats et les banques ne s’en portent pas plus mal. Pour les premiers, limiter l’usage du cash permet de réduire les risques de blanchiment et de financement du terrorisme. Les secondes encouragent l’utilisation de la carte bancaire, puisqu’une part de leurs revenus dépend des commissions d’interchange.

Paiement mobile

A lire aussi

Paylib sans contact, Apple Pay et Lyf Pay : quelle banque propose quoi ?

Lire la suite

Le cash résiste en Europe

Mais en dépit de tout, le cash à la peau dure ! Dans une récente étude, la BCE observe que « (…) L’usage des espèces en point de vente reste très répandu dans la plupart des pays européens ». Chiffres à l’appui, l’institution va même jusqu’à remettre en question « l’idée d’une accélération du remplacement du cash par des moyens de paiement cashless ».

Selon la banque des banques, le cash reste très présent dans les points de vente physiques : en 2016 il représentait 79% des achats, contre 19% pour la carte bancaire. L’engouement pour les pièces et billets varie toutefois beaucoup d’un pays à l’autre de l’Union Européenne.

Les espèces s’avèrent en effet particulièrement populaires en Europe Centrale et du Sud. En Grèce, en Allemagne, par exemple, mais aussi en Autriche ou en Slovénie, plus de 80% des transactions sont effectuées en cash. Par contraste, l’Europe du Nord se dirige peu à peu vers une société dans laquelle l’argent liquide serait un moyen de paiement marginal. En Finlande ou aux Pays-Bas, par exemple, le cash représente moins de 54% des transactions.

Argent trouvé

A lire aussi

Argent trouvé : peut-on le garder ?

Lire la suite

En France, un usage concentré sur les petits montants

La France se trouve, quant à elle, à mi-chemin entre ces différents scénarios : 68% des transactions du quotidien y sont effectuées en cash. Les Français ont toutefois la particularité de concentrer leur usage du cash sur les petits achats. La part des montants payés en espèces dans l’Hexagone ne pèse en effet que pour 28% du total, l’un des chiffres les plus faibles de la zone euro.

Et pour cause, le portefeuille des Français contient en moyenne 32€ en liquide. C’est le montant le moins élevé de la zone euro, dans laquelle la moyenne se situe à 65€ ! Les Français retirent également des montants plus faibles que leurs voisins européens : 29€ en moyenne, contre 109€ en Allemagne.

Bilan, à peine 3% des paiements de plus de 100€ sont réglés en cash dans l’Hexagone, contre 26% en Grèce ! Autre signe distinctif du marché français : le montant moyen d’un paiement en liquide est d’environ 7,50€, loin derrière la moyenne européenne qui se situe à 12,40€.

lupa

Votre banque ne répond pas à vos besoins ? Vous souhaitez réduire vos frais bancaires ? Venez comparer les offres sur Panorabanques et trouvez LA banque qui vous convient !

Je compare

Infrastructure de paiement par carte : un chantier inachevé

Mais alors, comment expliquer la résistance du cash alors même que la majorité des sondés déclarent préférer la carte bancaire ?

Pour la BCE, ce paradoxe pourrait être dû aux limites de l’infrastructure de paiement par carte. En effet, dans de nombreux points de vente physiques, la carte n’est pas acceptée en dessous de 15€. Le cash a donc encore quelques beaux jours devant lui !

Paul Atz

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE