Publicité
Publicité
Frais bancaires : les Français mettent le holà !

Frais bancaires : les Français mettent le holà !

0

Malgré l’arrivée de nouveaux concurrents, les frais bancaires ont augmenté de 4,4% depuis 2015 et s’élèvent en moyenne à 194€, selon une étude du comparateur de frais bancaires Panorabanques. Pourtant, les chiffres publiés par le cabinet Bain & Company révèlent que vous êtes de moins en moins nombreux à accepter ces frais sans rechigner. Exit le modèle classique, les Français veulent une tarification bancaire mieux adaptée à leurs besoins !

Frais bancaires à la hausse
Frais bancaires à la hausse

Les Français tentés par les offres alternatives

Les résultats sont formels : les Français veulent du nouveau sur le terrain des frais bancaires. A ce jour, une majorité de banques proposent en effet leurs prestations sous forme de « packages » : un ensemble de services facturés mensuellement à un prix fixe, quel que soit l’usage que vous en faites. A ce mécanisme, vient s’ajouter une tarification à la carte lorsque vous utilisez des services non compris dans votre « package ».

Toutefois, 55% des sondés se déclarent intéressés par un autre mode de facturation des services. C’est du moins ce que relève Bain & Company dans la dernière édition de son étude annuelle sur les comportements bancaires en France.

Parmi eux, ils sont 43% à souhaiter essayer le modèle freemium : une offre basique gratuite complétée par des services premium payants. C’est juste un peu plus que pour le forfait mensuel personnalisable selon vos besoins, qui retient l’attention de 42% des interrogés. La tarification à l’usage, quant à elle, ne suscite pas vraiment l’intérêt : seuls 16% des quelques 15 000 personnes interrogées dans le cadre de l’étude la jugent pertinente.

banque en ligneA lire aussi

Banque en ligne : 1 Français sur 2 prêt à sauter le pas

Lire la suite

Vers une nouvelle tarification bancaire ?

Fruit de l’entrée massive de nouveaux acteurs sur le marché bancaire (Orange Bank, Revolut, N26, pour n’en citer que quelques-uns), les offres bancaires low-cost se sont multipliées. L’écart croissant entre le prix de ces nouvelles alternatives et les tarifs pratiqués par les banques traditionnelles a impacté en profondeur les comportements bancaires des Français. Vous êtes ainsi de moins en moins nombreux à estimer légitime de payer pour des services bancaires dont vous pourriez bénéficier gratuitement dans un autre établissement.

Seuls 31% des sondés jugent par exemple qu’il est normal de payer pour bénéficier d’une carte bancaire. Il faut dire que dans les banques en ligne ainsi que dans une majorité de néo-banques, ce produit est proposé gratuitement alors qu’il vous faudra débourser 41€ en moyenne pour une carte internationale à débit immédiat.

Idem du côté des virements internationaux : vous êtes 28% à accepter de dégainer votre portefeuille pour bénéficier de ce service. Ce taux dégringole sous les 9% pour la possibilité d’accéder à votre compte en ligne. Un résultat qui n’a rien d’étonnant lorsque l’on sait qu’à ce jour seuls 11% des Français payent encore des frais pour ce type de service. Vous êtes également une minorité à estimer qu’il est légitime de mettre la main à la poche pour obtenir un chéquier (12%), un compte courant (14%) ou accéder à des produits d’épargne (12%).

lupa Votre banque ne répond pas à vos besoins ? Vous souhaitez réduire vos frais bancaires ? Venez comparer les offres sur Panorabanques et trouvez LA banque qui vous convient ! Je compare

Il en va de même pour les activités de conseil ! A peine 10% des interrogés se déclarent prêt à payer pour obtenir des conseils sur leur épargne. Pour être accompagnés dans la préparation de leur retraite, ils ne seraient que 11% à accepter de débourser de l’argent.

Quant aux services innovants, là encore le constat n’est pas très encourageant pour les banques. Seuls 16% des sondés sont prêts à payer pour un agrégateur de services financiers, tandis que 14% se déclarent prêt à allonger la monnaie pour bénéficier d’un service d’épargne automatique.

Afin de fidéliser leur clientèle et de préserver leur rentabilité, les banques traditionnelles pourraient donc, à moyen-terme, être conduites à repenser en profondeur la tarification de leurs services. Le développement d’offres plus ciblées telles que la formule Globe-Trotter du Crédit Agricole, qui s’adresse aux étudiants souhaitant partir à l’étranger, pourrait constituer un élément de réponse.

InnovationsA lire aussi

Confiance & innovation bancaire en France : un équilibre subtil

Lire la suite

Relancer la mobilité bancaire

Au global, près d’un Français sur 2 a relevé une hausse de sa facture bancaire sur les 3 dernières années. Un constat qui ne fait pas que des heureux ! 63% des interrogés se déclarent en effet prêts à changer de banque dans un tel cas de figure. En quête d’alternatives, un Français sur 4 se déclare d’ailleurs intéressé par les offres des GAFA et des néo-banques. Reste à voir si cela suffira à relancer la mobilité bancaire, stable à 4,5% en 2017 selon Bain & Company.

Paul Atz

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE