Publicité
Publicité
IBAN perdu : quels sont les risques ?

IBAN perdu : quels sont les risques ?

0

Depuis l’entrée en vigueur de la norme SEPA, en février 2014, le numéro IBAN est obligatoire pour effectuer une transaction bancaire sécurisée. Mais quels sont les risques si votre numéro IBAN tombe entre les mains d’une personne malhonnête ? Les fraudeurs peuvent-ils vous soutirer de l’argent à l’aide de votre seul numéro IBAN ? Focus.

Numéro IBAN
Numéro IBAN

IBAN : définition

Tout d’abord qu’est-ce qu’un IBAN ?

Le numéro IBAN est une combinaison de chiffres et de lettres uniques associée à votre compte bancaire. L’IBAN permet ainsi d’identifier votre compte bancaire.

En théorie, il est impossible de vous soutirer de l’argent à l’aide de votre numéro IBAN. De même, si vous avez un RIB perdu qui se balade dans la nature, un individu malintentionné ne devrait pas être en mesure de toucher à vos économies.

Donner votre IBAN à un tiers vous permet de recevoir de l’argent, mais ne lui permet pas de vous débiter. Sauf si vous signez un mandat de prélèvement par voie électronique ou papier. Un tel document permet en effet à un organisme tiers de mettre en place un prélèvement automatique sur votre compte. On parle alors de SEPA Direct Debit (SDD).

lupa

Comparez les banques

Votre banque vous coûte trop cher ? Comparez les offres sur Panorabanques et économisez jusqu’à 300 euros par an ! Je compare

IBAN : le risque de prélèvement frauduleux

Attention toutefois à rester vigilant lorsque vous communiquez votre IBAN, notamment par téléphone ou lorsque vous vous adressez à une société dont vous n’avez jamais entendu parler auparavant.

En effet, depuis l’entrée en vigueur de la norme SEPA (Single Euro Payments Area) de février 2014, votre banque n’a plus l’obligation de vérifier l’existence du mandat de prélèvement. « La banque du débiteur, lorsqu’elle reçoit une demande de prélèvement, présume l’existence d’un mandat et débite son client », confirme Tracfin, la cellule de lutte contre le blanchiment de Bercy.

Remboursement d'un prélèvement

A lire aussi

Comment obtenir le remboursement d’un prélèvement ?

Lire la suite

Certains escrocs ne se privent pas d’exploiter cette faille réglementaire et mettent en place des prélèvements frauduleux. « Avec le SDD, rien n’empêche une société fraudeuse d’ouvrir des comptes dans des pays peu regardants », puis de mettre en place « une vague de prélèvements transfrontaliers, avant de virer les fonds vers des comptes tiers et de disparaître », déplore Tracfin dans un rapport de 2016 intitulé Tendances et analyse des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

Une supercherie rendue possible par « le manque de vigilance de certains débiteurs et […] les délais nécessaires pour faire remonter les contestations » relève Tracfin.

Que faire si vous avez perdu votre IBAN ?

Si vous avez perdu votre IBAN, inutile sombrer dans la paranoïa : votre argent est en sécurité. Mais afin de réduire vos chances d’être victime d’un prélèvement frauduleux, restez vigilant.

  • Si vous observez un prélèvement dont vous ne connaissez pas l’origine, il pourrait s’agir d’une fraude.
  • Vous disposez alors de 13 mois pour faire opposition sur prélèvement auprès de votre banque.
  • Le cas échéant, cette dernière est tenue de vous rembourser sous 8 semaines.

Mais il n’est pas toujours simple de repérer les faux prélèvements.

Pour vous protéger, il est possible de mettre en place une liste blanche ou une liste noire auprès de votre banque.

Prélèvement de sommes à votre insu : que faire ?

A lire aussi

Prélèvement de sommes à votre insu : que faire ?

Lire la suite

La liste blanche énumère les prestataires autorisés à mettre en place un prélèvement sur votre compte bancaire.

Il s’agit d’un outil très pratique pour sécuriser votre compte bancaire, même s’il peut vite s’avérer contraignant : chaque fois que vous souhaitez mettre en place un nouveau prélèvement, la liste doit être mise à jour.

Dans le cas contraire, le prélèvement sera rejeté et votre banque vous facturera des frais de rejet de prélèvement.

Les frais de rejet d'un prélèvementA lire aussi

Frais de rejet d’un prélèvement

Lire la suite

Autre problème… Ce service a généralement un coût : jusqu’à 15€ par nom ajouté dans certains établissements bancaires. Le service demeure toutefois gratuit dans quelques banques (ING Direct, LCL…). Pensez donc à vous renseigner auprès de votre banque !

La liste noire indique quant à elle les prestataires qui ont l’interdiction de prélever des fonds sur votre compte bancaire. Toutefois cette liste n’est pas infaillible : il suffit à l’escroc de modifier la raison sociale de son entreprise pour contourner l’obstacle.

Bref, vous l’aurez compris : en principe vous ne risquez rien en donnant votre IBAN à un tiers. Mais évitez tout de même de communiquer vos informations bancaires et votre numéro IBAN à des entreprises dont vous ne connaissez rien et qui semblent suspectes. Cela réduira vos risques de devenir victime d’un prélèvement frauduleux.

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE