Idées reçues sur le chèque

2
Idées reçues

Les idées reçues ont la vie longue. L’univers de la banque n’échappe pas à cette règle. Pour contrer les « J’en suis sûr », les « C’est clair, la preuve c’est que » ou autres « C’est comme ça, je te le dis », billet de banque vous propose chaque semaine de tordre le cou aux idées reçues. Allez, on se lance. Vous pensiez tout savoir sur le chèque ? C’est ce qu’on va voir…

Chèque mode d'emploi et fonctionnement

A lire aussi

Chèque : mode d’emploi et fonctionnement

Lire la suite

  • Idée reçue n°1 : On ne peut pas écrire un chèque sur papier libre !

FAUX (à 100 %). Détrompez-vous, la loi autorise à rédiger un chèque sur n’importe quel support du moment que celui-ci est durable !

Quelques mentions doivent toutefois obligatoirement figurer sur ce chèque improvisé, notamment le mot chèque, le montant (en lettres et en chiffres), le nom de la banque, la date et le lieu, le nom et les coordonnées bancaires de l’émetteur ainsi que sa signature.

Même si la loi l’autorise, dans la vraie vie, le commerçant ou la banque qui acceptera votre fiche bristol est un philanthrope. Comme cette espèce ne court malheureusement pas les rues, évitez donc autant que possible de le faire !

  • Idée reçue n°2 : Le chèque, c’est le moyen de paiement le plus simple à falsifier !

Faux (à 75 %). Généralement suivi d’un « la preuve : tous les commerçants le refusent ». En fait, ce qui est surtout faux ici c’est de croire que les commerçants refusent les chèques pour cause de falsification massive de ce moyen de paiement mais ça on vous l’explique un peu plus bas. En l’absence de données concrètes sur les chiffres de la falsification de tous les moyens de paiement confondus, on a quand même tendance à penser que la falsification d’une CB (technique appelée skimming) est plus fréquente.

  • Idée reçue n°3 : Un chèque endommagé ou déchiré n’est pas valide !

VRAI (à 50 %). Vous voyez quand vous voulez ! Tout dépend de l’état du chèque, si des mentions importantes (notamment tous le bas du chèque) ont disparu, ça va être compliqué. Si en revanche, un micro bout a été arraché, vous pouvez régler vos achats avec et même l’encaisser.

Il va falloir être de bonne foi avec votre commerçant, votre conseiller ou le chargé de clientèle à qui vous montrerez le chèque et lui expliquer ce qu’il s’est passé, s’il pose des questions. Si ce n’est pas le cas, inutile de lui raconter votre vie.

  • Idée reçue n°4 : Obtenir un chéquier auprès de sa banque, c’est payant !

Faux (à 100 %). Contrairement à la carte bancaire, la délivrance d’un carnet de chèques est gratuite. C’est d’ailleurs le seul moyen de paiement qui soit entièrement gratuit. A la condition toutefois de la récupérer à l’agence.

Si vous demandez à recevoir votre chéquier à domicile en courrier recommandé, la banque pourra vous facturer des frais d’expédition.

  • Idée reçue n°5 : Si je ne vais pas chercher mon chéquier à la banque, aucun frais ne me sera appliqué !

Faux (à 100 %). Là encore, vous faites fausse route. Si vous ne récupérez pas le chéquier mis à votre disposition à l’agence, des frais de conservation ou de destruction peuvent être perçus par la banque.

Vous disposez en général d’un délai de 2 mois pour récupérer votre chéquier. Ce délai est précisé dans votre convention de compte. Veillez à le respecter scrupuleusement.

  • Idée reçue n°6 : De toute façon, mon chèque il est signé, je peux l’encaisser dans 2 ans si je veux !

Faux (à 200 %). Non, non, votre chèque (et tous les chèques d’ailleurs) ont une durée de validité d’un an et de 8 jours. Au-delà, vous ne pourrez plus l’encaisser !

  • Idée reçue n°7 : Je ne peux pas encaisser mon chèque ailleurs que dans mon agence !

Faux (à 90 %). La plupart des banques vous permettent d’encaisser un chèque dans n’importe quelle agence de leur réseau.

Dans le cas des banques organisées en caisses régionales (Banques Populaires, Caisses d’Epargne, Crédit Agricole et Crédit Mutuel), une procédure de remise de chèque déplacée (encaissement du chèque dans l’agence d’une autre ville ou d’un autre département) peut être suivie.

  • Idée reçue n°8 : Le chèque c’est mieux que la CB parce que ça permet de différer le paiement !

Faux (à 100 %). Ce n’est pas le chèque en tant que tel qui vous permet de différer, voire de fractionner un paiement, c’est le commerçant ! En effet, celui-ci peut accepter d’encaisser votre chèque à une date ultérieure mais ça, ça n’a rien à voir !

Votre chèque, à partir du moment où vous l’émettez, peut être encaissé par le commerçant. Soyez donc vigilant quand vous vous mettez d’accord sur une date d’encaissement avec un commerçant, rien ne l’empêche de l’encaisser avant cette date.

  • Idée reçue n°9 : Quand on est interdit de chèque, on ne peut pas ouvrir de compte en banque !

Faux (à 100 %). Etre interdit de chèque, c’est être fiché au fichier central des chèques (FCC) de la Banque de France. En découlent l’interdiction de posséder un chéquier et d’émettre des chèques mais pas celle d’ouvrir un compte.

C’est la même Banque de France qui vous autorise à détenir un compte même si vous êtes interdit bancaire : le droit au compte est garanti.

  • Idée reçue n°10 : Le chèque, ça ne marche pas en France, c’est old-school et y’a que les vieux qui s’en servent !

Faux (à 75 %). Ce moyen de paiement est clairement en baisse de régime. Ainsi depuis 2002, le nombre de chèques diminue de 4 % en moyenne chaque année. Mais de là à dire que ça ne marche pas en France… Champions européens du chèque, les Français en ont émis 3,3 milliards en 2009, et parmi les personnes qui en utilisent le plus, on trouve les 35-49 ans !

  • Idée reçue n°11 : Un commerçant ne peut pas refuser le paiement par chèque !

Faux (à 50 %). Du moment qu’il l’indique de façon claire et précise sur une affiche dans son magasin, le commerçant est libre d’accepter ce moyen de paiement ou pas. En ce qui concerne les chèques, les risques d’impayés et de fraude sont nombreux. C’est la raison pour laquelle le commerçant peut les refuser. Mais, s’il est affilié à un centre de gestion agréé, il doit accepter le règlement par chèque.

Dans la même veine, le commerçant peut exiger la présentation d’une ou de 2 pièces d’identité ou encore permettre le règlement par chèque à partir d’un certain montant. Une seule obligation pour lui : le mentionner dans son magasin.

  • Idée reçue n°12 : La date sur un chèque c’est pas obligatoire !

Faux (à 100 %). Non seulement la date est une des mentions obligatoires du chèque mais en plus, le chèque doit être daté du jour de son émission. En d’autres termes, postdater un chèque est illégal.

  • Idée reçue n°13 : Si je fais une faute dans le montant inscrit en lettres, le chèque ne sera pas accepté !

Faux (à 100 %). Que celui qui n’a jamais fait de faute en écrivant mille cent quatre-vingt euros et cinquante-quatre centimes jette la première pierre ! La règle en matière de chèque est que si la somme inscrite en toutes lettres ne correspond pas à la somme inscrite en chiffres, c’est la somme en lettres qui l’emporte. Peu importe visiblement que vous ayez écrit mil cents quatres vint euro et cinquante quatres centimes, ça marche quand même !

Alors votre score ? Quoi qu’il en soit, le chèque n’est plus censé avoir de secret pour vous ! Rendez-vous vendredi prochain sur billet de banque pour tordre le cou aux idées reçues sur la CB !

2 COMMENTAIRES

  1. Est-il légal d’encaisser (après avoir marqué mon nom), un chèque remis sans mention du nom de bénéficiaire, a une personne qui ne possède pas de compte en banque, afin de servir d’intermédiaire.

  2. Bonjour Toulin,
    Pour qu’on soit d’accord :
    1. Sur la légalité de l’encaissement d’un chèque sans ordre (nom du bénéficiaire) : oui, c’est légal
    2. Sur la remise d’un chèque à une personne ne possédant pas de compte en banque mais non bénéficiaire du chèque en question : oui pourquoi pas mais celle-ci ne pourra évidemment pas l’encaisser
    3. Sur l’intermédiation de la personne n’ayant pas de compte : qu’est-elle supposée faire étant donné qu’elle ne peut pas encaisser le chèque ?
    Si nous n’avons pas répondu à votre question, n’hésitez pas à nous interroger de nouveau

LAISSER UNE RÉPONSE