Le blocage des paiements en ligne : arme fatale des banques pour lutter contre la fraude ?

1

Face à la crainte des utilisateurs de voir leurs données bancaires piratées, les banques mettent à la disposition de leurs clients des outils censés sécuriser les transactions en ligne. Le plus emblématique à ce jour est sans doute le portefeuille électronique permettant aux clients de régler leurs achats sans entrer leur numéro de carte bancaire. Mais est-ce assez pour lutter efficacement contre le piratage ? La banque en ligne Fortuneo et le Crédit Mutuel n’en semblent pas si sûrs. Explications.

Piratage des données bancaires
Piratage des données bancaires
La Banque Postale vient de son côté de lancer Talk To Pay, un dispositif utilisant la biométrie vocale pour sécuriser les paiements à distance.

L’option de contrôle du paiement à distance

En laissant le choix aux consommateurs d’activer ou non une option dans leur espace client autorisant le règlement par carte bancaire sur internet, Fortuneo et le Crédit Mutuel prennent en compte un des aspects fondamentaux de la confiance du client vis-à-vis de sa banque : le « respect d’un consentement libre et éclairé », précise Stéphane Grégoire, chef du service des affaires économiques à la direction de la conformité de la Cnil, cité par La-Croix.

Potentiellement ébranlé par la généralisation des cartes bancaires sans contact, davantage imposées qu’elles ne sont proposées par les banques, le consentement libre et éclairé du client est à contrario, entièrement respecté par l’innovation de Fortuneo et du Crédit Mutuel.

Peut-on refuser le paiement sans contact

Lire aussi

Peut-on refuser le paiement sans contact

Lire la suite

Concrètement, le client a la possibilité de bloquer tous les paiements par CB, directement en se rendant sur son espace client depuis le site internet de la banque ou son application mobile. Le blocage et le déblocage se font en temps réel, ce qui signifie que si le client souhaite procéder à un achat en ligne après avoir bloqué la fonction, il peut la débloquer aussi facilement et instantanément.

Comment ça marche ?

Fortuneo a mis en ligne un tuto :

Internet, objet de toutes les attentions

Selon le dernier rapport annuel de L’Observatoire de la sécurité des cartes de paiements, « les paiements à distance représentent toujours la majeure partie de la fraude en montant (66,5 %) alors qu’ils ne constituent que 11,6 % du montant total des paiements. »

En clair, les banques ont tout intérêt à trouver de nouvelles solutions pour rassurer leurs clients, d’autant que « les nouvelles réglementations dans le domaine n’arrivent toujours qu’en réponse à des pratiques illégales constatées. Autrement dit, il y a toujours un coup d’avance de la part des fraudeurs », explique Michel Ruimy, économiste et enseignant à l’ESCP, cité par LeFigaro.fr.

Selon David Bounie, Professeur d’économie à Télécom ParisTech, « la carte bancaire est aujourd’hui bien plus sûre que le cash ou que les chèques […] Un piratage est toujours théoriquement possible, mais, dans les faits, on voit bien que les fraudes demeurent infinitésimales et d’ailleurs plutôt liées à des erreurs humaines comme celle d’un utilisateur qui communique par mégarde son code secret. »

Après avoir multiplié les outils de sécurisation des paiements en ligne, il y a donc fort à parier que les banques mettent désormais tous leurs efforts dans la prévention, ce que les banques en ligne font depuis toujours.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE