Le Parisien dénonce une flambée des frais bancaires

0

Cette année, vous payez vos frais bancaires encore plus cher ! C’est le constat du Parisien qui dresse – en partenariat avec Choisir-ma-banque – un état des lieux de la « flambée des tarifs bancaires en 2016 ». Pour le quotidien national, rien de nouveau sous le soleil, ces frais ne cessent d’augmenter chaque année depuis 2013. Parmi les frais qui pèsent le plus lourd dans le budget bancaire des Français, Le Parisien cite la cotisation carte bancaire, les retraits dans des distributeurs d’une autre banque et les frais de tenue de compte. Focus.

Frais bancaires
Frais bancaires

Banques : des frais qui pèsent plus lourd que d’autres

Quel est le point commun entre la CB, le retrait au distributeur et la tenue de compte selon vous ? Tout le monde en a besoin, pour Le Parisien. La tactique des banques serait selon la rédaction, d’augmenter « particulièrement les frais prélevés au très grand public ». Sur ces 3 catégories de frais nous dit-on, des hausses spectaculaires de prix ont eu lieu ces 4 dernières années.

88 % des banques facturent des frais de tenue de compte en 2016

Ce n’est plus un secret pour personne, les frais de tenue de compte se sont généralisés cette année.

Selon Le Parisien, « Depuis janvier 2016, tout le monde s’y met ! Ou presque. Excepté les banques en ligne, qui n’en appliquent pas encore, ou quelques exceptions comme le Crédit agricole Ile-de-France, 88 % des établissements de réseau facturent aujourd’hui des frais de tenue de compte à tous leurs clients. »

Fixés à la discrétion des banques, ces frais de tenue de compte vont « de 6,20 € par an pour la Banque postale — qui passeront à 12 € à compter du 1er janvier 2017 — jusqu’à 76 € pour la Banque palatine ».

Du coup, on assiste effectivement à une « flambée » des frais de tenue de compte – selon l’étude Panorabanques sur l’évolution des frais bancaires 2015-2016, les frais de tenue de compte ont connu une augmentation de 77,1 % en un an. Après avoir augmenté de +22,8 % en 2015…

Une situation qui ne semble pas susceptible d’évoluer selon le journal puisque « Les revenus des banques sont sous pression : les taux sont très bas, les revenus générés par les dépôts des particuliers baissent et les commissions qu’elles percevaient sur les paiements diminuent également ».

Aussi, « pour faire face à la montée des exigences réglementaires et des dépenses informatiques […] les banques sont contraintes, pour préserver leur rentabilité, de trouver d’autres sources de revenus. »

LCL

A lire aussi

LCL « offre » les frais de tenue de compte

Lire la suite

Cette explication ne nous va pas ? Souvenez-vous de notre article d’août dernier sur la banque allemande Raiffeisenbank qui avait décidé – également pour faire face à l’environnement de taux bas et à la baisse de revenus – de facturer les dépôts de ses clients les plus riches. On concluait qu’en France, une telle mesure ne passerait pas… jamais ! Du coup, on a les frais de tenue de compte à la place 🙂

De +7% à +10 % d’augmentation du prix de la CB entre 2012 et 2016

Du côté du prix d’une carte bancaire à débit immédiat, Le Parisien a choisi de retenir l’évolution tarifaire sur 5 ans. +11 % d’augmentation chez BNP Paribas et à la Société Générale depuis 2012, +10 % à la Banque Populaire et à la Caisse d’Epargne, +9% au Crédit Mutuel ou encore +7% chez LCL. Soit des hausses bien plus élevées que celles qui touchent les prix à la consommation, selon Cédric Musso, directeur de l’action politique à l’UFC-Que choisir, cité par Le Parisien. Sur les douze derniers mois, ceux-ci auraient selon lui « augmenté de… 0,2 % seulement ».

Sauf que sur les cinq dernières années, l’inflation se situe plutôt autour de 6-7 % selon l’INSEE…

Toujours selon la même étude de Panorabanques, le prix moyen d’une CB classique à débit immédiat était de 38,60 € en 2015 contre 40,34 € en 2016, soit une hausse de 3 %.

Evolution des tarifs de retraits dans des distributeurs d’une autre banque

Lorsque vous retirez de l’argent dans un distributeur de billets qui n’appartient pas au réseau de votre banque (DAB BNP Paribas alors que vous êtes client de La Banque Postale par exemple), vous payez des frais. Pas à chaque retrait mais au bout d’un certain nombre…

distributeur automatique : à savoir

A lire aussi

Les retraits déplacés : combien ça coûte ?

Là encore, Le Parisien nous dit que sur 5 ans, l’envolée des prix est concrète : +6 % à la Caisse d’Epargne, +24 % au Crédit Agricole ou encore +100 % chez BNP Paribas et à La Banque Postale.

L’étude de Panorabanques mettait en évidence le fait qu’en 2016, 11 banques avaient augmenté les frais de retraits dans des distributeurs d’une autre banque.

Mais aussi des baisses des frais de dépassement de découvert autorisé

Loin de nous l’idée de minimiser la facture bancaire globale, mais par souci de dépassionner le débat, rappelons que les frais de dépassement de découvert autorisé ont quant à eux été réduits. Entre 2015 et 2016, ils ont en effet baissé de 0,1 %. Oui on sait, ça peut sembler dérisoire. Mais si on considère la baisse de ces frais depuis 2013, on en arrive à -5,7 % quand même.

Comprendre l'autorisation de découvert

A lire aussi

Comprendre l’autorisation de découvert

Lire la suite

Quelques solutions pour réduire les frais bancaires

En guise de solutions pour réduire nos frais bancaires, Le Parisien nous invite à :

1.       Comparer les prix : mettre les banques en concurrence en termes de tarifs et de services est à notre sens aussi le meilleur moyen de réduire ses frais bancaires. Sur Panorabanques, vous pouvez procéder gratuitement à une comparaison de 158 établissements bancaires et trouver le meilleur pour vous

2.       Négocier : on n’y pense souvent pas, on en a même parfois honte mais Le Parisien nous rappelle à juste titre que « [n]otre conseiller est un commercial »

3.       Eviter les packages : souvent plus chers qu’une souscription de services à la carte

4.       Choisir une banque en ligne ? Contrairement aux banques traditionnelles, les banques en ligne ne facturent pas de frais de tenue de compte. Pas plus qu’elles ne font payer les retraits dans les distributeurs d’autres banques – en même temps c’est normal, elles n’ont pas de DAB dédiés. Enfin, elles « offrent » souvent la CB. En pratique, il faut en général justifier de revenus mensuels minimums pour en bénéficier ou – dernière nouveauté made in ING Direct et Boursorama Banque – payer…

Jihane Bensouda

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE