Publicité
Publicité
Lydia : 1 appli de paiement mobile et 1 CB

Lydia : 1 appli de paiement mobile et 1 CB

0

Lydia, l’application de paiement mobile « made in » France, vient de lever la coquette somme de 7 millions d’euros. Il faut dire que Lydia a des projets plein la tête : lancement d’une CB hyper connectée et internationalisation de son activité entre autres. En espérant qu’elle trouvera sa place face au mastodonte PayPal…. Peut-elle rivaliser ? Enquête.

L'appli mobile Lydia monte en gamme

7 millions pour accélérer son développement

L’application de paiement mobile Lydia a donc réussi à lever quelque 7 millions d’euros auprès d’investisseurs comme le fonds parisien New Alpha AM et la banque d’investissement allemande Oddo & Cie. Un tour de force quand on sait que le secteur du paiement mobile est hyper concurrentiel. Apple Pay, Orange Cash, Paylib, Fivory et bien sûr PayPal tente chacun de se tirer la part du lion, avec plus ou moins de succès… Et ce, sans compter l’arrivée prochaine des néo-banques, comme Morning et N26, qui mêlent outils numériques (et donc paiement mobile) et offres bancaires complètes et low cost.

Morning (ex Payname) sortira son offre de compte courant cet automne. En juin, elle s’est mise en tête de lever 15 millions d’euros, et ce après avoir déjà récolté 5 millions en septembre 2015. De quoi faire de l’ombre à Lydia.

En tout cas, Lydia sait très bien à quoi va servir cette coquette somme : se développer au plus vite ! Car l’un de ses concurrents directs en France, PayPal, commence à empiéter sérieusement sur son business. Le 27 septembre 2016, le géant aux 7 millions d’afficionados en France a rendu gratuit en France pour les particuliers son service de transfert d’argent entre comptes PayPal. Coup dur pour Lydia, le transfert d’argent entre particuliers, c’est justement le cœur de son activité.

Appli PayPal

A lire aussi

Avec PayPal vous pouvez désormais envoyer gratuitement de l’argent à un proche !

Lire la suite

Lydia plus qu’un portefeuille électronique

Heureusement pour elle, Lydia a multiplié les projets afin d’étendre son business et au passage conforter sa place (auto-attribuée) d’« application préférée des Français ».

En effet, la start-up Lydia c’est :

  • Une application de paiement mobile

Comme les Fivory, PayPal etc., Lydia est un portefeuille électronique qui vous permet de payer et de faire des virements depuis l’application. Plus besoin de petite monnaie, s’enthousiasme Cyril Chiche, Président de Lydia « en quelques secondes seulement, il devient tellement facile de rembourser un ami, payer une course de taxi, un médecin, une note de restaurant, acheter sur Internet. »

Le 28 juin 2017, le site LesEchos.fr nous apprend que la solution de paiement Lydia va être acceptée dans 400 magasins Franprix – groupe Casino – en France.

  • Un service d’encaissement pour les pros

Comme Smile & Pay, Lydia dans sa formule Pro, c’est aussi une solution d’encaissement : le smartphone ou la tablette du commerçant se transforme en véritable terminal de paiement. C’est d’ailleurs sur ce segment que Lydia se rémunère. Une commission de 0,7 % à 1,5 % par transaction est prélevée.

Plutôt intéressant pour les petits commerçants. Ça leur évite de passer par leur banque pour obtenir un terminal de paiement et payer des frais de location (environ 200 € par an), des frais d’installation et des commissions interbancaires (0,23 %).

Aujourd’hui, Lydia a convaincu 10 000 clients pros avec son système d’encaissement.

  • Une cagnotte

Lydia a lancé le 31 août 2015 sa cagnotte. Comme LePotCommun ou Tilt, elle vous permet de collecter l’argent à distance. Une fois la collecte terminée, soit vous la transformez en carte-cadeau, soit l’argent est viré sur le compte en banque de l’initiateur.

  • Et depuis peu une CB : la Carte Lydia !

C’est la dernière venue de la gamme Lydia, une carte bancaire classique dans son fonctionnement mais que vous pouvez piloter vous-même. Plus besoin de passer par votre banquier pour faire opposition ou augmenter vos plafonds. Détails.

Ça ne vous rappelle pas quelqu’un ? Paiement mobile, cagnotte et maintenant une offre bancaire ? C’est exactement le chemin emprunté par Morning (ex Payname). Qui va gagner ?  

Morning

A lire aussi

La start-up Payname renommée Morning veut « réveiller » la banque

Lire la suite

Et maintenant, la CB Lydia connectée pour se démarquer de ses concurrents

Cette CB est toute récente ! Elle a été lancée le 6 septembre dernier. Et les premières livraisons sont prévues pour octobre. A l’origine, elle part d’un constat simple fait par Cyril Chiche, fondateur de la fintech. « L’année dernière, en vacances en Corse, je me suis retrouvé dans l’impossibilité de payer la note au restaurant. Ma carte ne passait pas, malgré un compte créditeur. Une histoire de plafond hebdomadaire qui serait modifié dans 24 heures, m’expliqua mon conseiller le lendemain matin. Dans l’intervalle, j’avais passé une fin de soirée compliquée et je m’étais convaincu que nous devions absolument faire disparaître ces contraintes d’un autre temps. »

Et bim ! 1 an plus tard naissait la CB Lydia.

Une carte pilotable

Concrètement, il s’agit d’une CB MasterCard à autorisation systématique connectée à un compte Lydia. Le fait qu’elle soit reliée à l’appli est le vrai plus. Depuis l’appli, vous pouvez en effet :

  • Activer/désactiver la fonction paiement sans contact
  • Moduler les plafonds de retraits et de paiements
  • Bloquer votre CB
  • Changer son code secret

Le tout vous-même ! Est-ce vraiment inédit ? Plutôt oui. On a comparé la CB Lydia aux options de pilotages des banques en ligne. Voici le résultat :

Données valables à septembre 2016 issues des textes présentant les applis mobiles sur Google Play ou App Store

De plus, à chaque transaction, un reçu numérique est généré et stocké dans l’appli. Pratique pour contrôler en temps réel vos dépenses. D’autant plus pratique qu’avec une carte à autorisation systématique, vous ne pouvez pas régler si votre compte n’est pas suffisamment approvisionné.

Sa durée de validité est de 3 ans.

Hormis cela, votre CB reste une carte de paiement « classique ». Vous pouvez l’utiliser en magasin ou en ligne. A noter toutefois que certains utilisateurs de carte à autorisation systématique ont constaté que les transactions en ligne n’étaient pas toujours acceptées, tout comme les paiements aux péages et aux parkings.

Pas de commission à l’étranger

A l’étranger, aucune commission ne vous sera prélevée tant que vous retirez et payez dans les enseignes du réseau MasterCard. Avec 35,9 millions de commerçants et de distributeurs de billets répartis dans 210 pays, vous devrez bien trouver un affilié MasterCard !

A l’étranger

A lire aussi

Retraits et paiements à l’étranger : combien ça coûte ?

Lire la suite

Venons-en maintenant aux prix. Car oui, si l’essentiel des prestations de Lydia sont gratuites, la CB, elle, est payante. Comptez 10 € pour la CB et 3,99 €/mois d’abonnement, soit 57,88 € la première année et 47,88 € les suivantes.

Bon, c’est sûr qu’à côté des banques en ligne qui ne font pas payer ou peu la CB et les opérations courantes, Lydia ne tient pas la route. Mais au moins la CB Lydia est accessible à tous. Ce n’est pas toujours le cas dans les banques en ligne.

Mais même par rapport aux banques traditionnelles, Lydia n’est pas forcément compétitive. On avait estimé le prix d’une carte à autorisation systématique à 32 € par an en juillet. Bref 57,88 € la première année et 47,88 € les suivantes, c’est quand même cher.

Surtout si vous avez moins de 25 ans. Dans ce cas-là les banques font des ristournes. Bref, il n’est pas rare que vous payiez votre CB ou votre package à moitié prix.

logo

Conseil billet de banque

Si vous avez moins de 30 ans et qu’une carte à autorisation systématique ne vous déplait pas. Renseignez-vous sur l’offre Freasy du Crédit Agricole – enfin consultez notre article dédié ;). La CB et les opérations courantes sont gratuites ! Et en plus vous bénéficiez d’un conseiller personnel et d’une agence pour déposer vos chèques par exemple. Pour les plus connectés, Soon avec son offre gratuite et 100 % mobile – vous gérez depuis une appli votre compte et discutez par chat avec un conseiller – vous conviendra tout à fait.   

Même constat si l’on compare Lydia aux néo-banques. Face à une fintech comme N26, Lydia aura probablement du mal à rivaliser. Car N26 c’est totalement gratuit : CB MasterCard, RIB, retraits aux DAB… Pour le moment Lydia a un peu de répit, N26 ne sera accessible aux Français qu’en novembre 2016.

Par contre, face au Compte-Nickel, Lydia est plutôt top côté prix ! Certes l’abonnement au Compte-Nickel est à 20 € par an, environ 1,67 € par mois. Mais tous les retraits sont payants : 1 € par retrait au DAB et 0,50 € chez un buraliste partenaire. Bref, la facture peut vite grimper.

Le diagnostic billet de banque

Pour le moment Lydia ça roule. En septembre 2016, elle comptait 500 000 utilisateurs, contre 300 000 en mars, soit une hausse de 200 000 utilisateurs en seulement 6 mois… Pas mal ! Mais sur le marché des applications de paiement mobile, la concurrence fait rage. S’ajoutent en plus les néo-banques comme N26 et Morning. Bref, on se demande qui va tirer son épingle du jeu.
Dans ce contexte, les acteurs n’ont pas le choix. Il faut innover pour se démarquer. Lydia a misé sur la CB connectée. Et c’est plutôt réussi, la CB a l’air top ! Mais est-ce suffisant pour convaincre les consommateurs ? Est-ce que le prix du service ne sera pas un obstacle ? A vous de nous le dire ! Nous, on a déjà téléchargé l’appli.

Marie-Eve F

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE