Publicité
Publicité
Assurance-emprunteur : la nouvelle pomme de discorde du secteur bancaire ?

Assurance-emprunteur : la nouvelle pomme de discorde du secteur bancaire ?

0

L’assurance-emprunteur, ça vous parle ? Il s’agit de l’assurance qui vise à garantir la prise en charge de tout ou partie de votre crédit immobilier dans certains événements. Obligatoire, elle permet par exemple d’éviter les ennuis en cas de perte d’emploi, de décès, ou d’invalidité permanente. Depuis maintenant quelques semaines, le sujet fait transpirer votre banquier et saliver les assureurs. Mais… et vous dans tout ça ?

Décision de justice
Décision de justice

Des couloirs de l’Assemblée nationales aux colonnes de la presse, l’assurance-emprunteur fait parler d’elle. En cause, l’amendement Bourquin, actuellement étudié par le Conseil constitutionnel et qui prévoit la possibilité de changer d’assurance en cours de prêt. Et ce, même si vous avez signé votre crédit il y a déjà plusieurs années ! Objectif de la mesure : faire jouer la concurrence sur ce marché et augmenter votre pouvoir d’achat.

Mais la bataille est loin d’être gagnée. Farouchement opposées à la mesure, les banques se livrent en effet à un lobbying intensif pour s’assurer qu’elle ne voie jamais le jour. Une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) a ainsi été adressée au Conseil constitutionnel, qui devrait se prononcer à cet égard d’ici le 12 janvier 2018. Il faut dire que la situation actuelle leur très favorable ! D’après une étude réalisée par Meilleurtaux.com, parmi ceux d’ente vous qui savent qu’ils ont une assurance avec leur crédit immobilier, 84 % déclarent avoir pris celle de leur banque.

assuranceA lire aussi

Assurance-emprunteur : vous ne faites toujours pas jouer la concurrence ! Quel dommage !

Lire la suite

Pour les courtiers spécialisés et les assureurs, cet amendement apparaît donc comme l’occasion d’attirer un nouveau public, jusqu’ici très largement capté par les banques. « Tout le monde est dans les starting-blocks », approuve Jacky Guerrée, responsable marché assurances de la Centrale du financement.

Pourtant, la révolution annoncée sur ce marché pourrait tourner court. En cause, le manque de lisibilité sur le sujet. Toujours selon l’étude Meilleurtaux.com, 2 emprunteurs sur 10 pensent ne pas avoir souscrit à une assurance sur leur crédit ou bien ne s’en rappellent pas. Ils sont un tiers à ne pas savoir combien leur coûte cette assurance chaque mois et la moitié à ignorer le taux de l’assurance. « Il semble évident que la multiplication des lois, amendements et allers-retours juridiques sur le sujet ont contribué à  »perdre » le consommateur », juge Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.

Si c’est également votre cas, prenez donc un peu temps pour vous renseigner sur ces frais et comparez les offres existantes. Emprunter peut déjà coûter cher, alors autant s’épargner des dépenses superflues ! D’autant que l’amendement Bourquin – si le Conseil constitutionnel donne son consentement – vise précisément à faciliter vos démarches en ce sens.

lupa

Trouvez votre crédit au meilleur prix !

Je compare

L’enjeu n’est pas négligeable, puisqu’à la question « Envisagez-vous de changer d’assurance emprunteur sachant que cela vous permettrait de réaliser des économies ? », les sondés ont répondu :

  • oui  si le gain est important (55 %)
  • oui si ce n’est pas trop compliqué (31 %)
  • non ou probablement pas (15 %)

Mais s’ils veulent avoir une chance face aux banques sur le marché de l’assurance de prêt, les assureurs devront s’armer de patience et faire preuve d’un réel effort de pédagogie pour faire évoluer les mentalités. Objectif pour eux : sensibiliser les emprunteurs à l’intérêt de cette démarche et communiquer sur les gains potentiels qu’elle pourrait leur permettre de réaliser !

Paul Atz

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE