Publicité
Publicité
PayPlug : solution de paiement en ligne pour les PME qui prédit...

PayPlug : solution de paiement en ligne pour les PME qui prédit la fraude

2

Fraîchement dotée d’un agrément bancaire de l’ACPR, l’autorisant à exercer en tant qu’établissement de paiement autonome, l’entreprise PayPlug mérite qu’on s’y attarde. Spécialisé dans la gestion des paiements en ligne, la particularité de PayPlug est d’offrir aux entrepreneurs une simplicité d’utilisation couplée à une sécurité anti-fraude dernier cri. Présentation.

PayPlug
PayPlug

Un back-office bancaire nouvelle génération

PayPlug a été créé en mai 2012 par Antoine Grimaud et Camille Tyan – ancien de Google – afin de permettre aux e-commerçants d’accepter le paiement par CB « sans frais d’inscription, sans terminal de paiement et sans abonnement mensuel ». Fonctionnant avec une application iPhone ou Android ou depuis le portail web, le commerçant peut grâce à PayPlug, envoyer une demande de paiement à son client afin que celui-ci règle la transaction par CB.

Au-delà de la réponse apportée aux lourdeurs bancaires – et notamment les outils utilisés et la nécessité d’ouvrir un contrat de vente à distance (VAD) avec une banque traditionnelle – PayPlug s’est également donné pour mission d’aider les e-commerçants à augmenter leurs ventes tout en leur assurant une protection efficace contre la fraude.

« Le « back-office bancaire nouvelle génération » de PayPlug a été développé pour lutter efficacement contre les risques et tentatives de fraude, toujours en perpétuelle évolution, tout en offrant la meilleure expérience possible aux e-commerçants qui utilisent PayPlug, leur permettant d’augmenter leurs ventes en toute sécurité », est-il précisé dans le communiqué de l’entreprise.

Dans une interview du 28 octobre 2015 publiée par le site bonjouridée.com, Camille Tyan explique les raisons du lancement de PayPlug. « D’une part seules 14 % des PME vendent déjà en ligne, et d’autre part les solutions bancaires CB/Visa/MasterCard/PayPal restent très lourdes à intégrer, ont une ergonomie complètement inadaptée à l’achat sur mobile, et offrent peu de protections contre la fraude », confie-t-il.

La sécurité chez PayPlug : comment ça marche ?

L’obtention d’un agrément bancaire auprès de l’ACPR ne peut se faire que si des règles de sécurité strictes sont suivies par l’établissement qui en fait la demande. A ce niveau-là, les exigences de PayPlug dépassent toute espérance.

« PayPlug a choisi d’innover avec une infrastructure entièrement hébergée sur la plateforme cloud d’Amazon Web Services, un usage intensif des technologies de Machine Learning et Big Data et, enfin, l’intégration des sources de données du web au sein de ses outils de contrôle », confirme Antoine Grimaud.

Et c’est précisément cette « approche technologiquement innovante » qui a valu à PayPlug d’obtenir le 03 novembre 2016 la qualité d’établissement de paiement agréé. Et ce qui lui avait valu en juin 2016, une levée de fonds de 3,4 millions d’€ auprès d’Anaxago – plateforme de financement participatif dédiée aux start-ups et PME de croissance – et de la Commission Européenne. Au passage – la même Commission Européenne avait annoncé la sélection de PayPlug en 2015 dans le cadre du programme Horizon 2020, le plus important programme de recherche et d’innovation de l’Union Européenne.

Le choix d’AWS – le cloud public d’Amazon –  a été dicté par la certification PCI-DSS dont bénéficie l’hébergeur. Cette certification est le standard le plus strict sur la sécurité des données bancaires, peut-on lire sur le site de PayPlug.

Augmenter ses ventes avec PayPlug

Grâce à la technique du Machine Learning ou apprentissage automatique, PayPlug est aussi une solution de prédiction de fraude. Pour exploiter cette solution, l’entreprise a d’ailleurs lancé en juillet 2016 le Smart 3D-Secure : le risque associé à un paiement est calculé en temps réel, ce qui permet d’activer le 3D-Secure seulement pour les paiements les plus risqués. Concrètement, une telle technologie permet aux e-commerçants d’augmenter leurs ventes en faisant le tri entre une majorité de paiements non risqués et les autres.

« Le problème de 3DS est qu’il réduit de 20 % les ventes, parce que les clients n’ont pas leur smartphone à côté pour lire le SMS, ou alors parce qu’ils trouvent cela compliqué, etc. Du coup, les e-commerçants se retrouvent à devoir arbitrer entre être victime de fraude ou perdre un cinquième de leur CA. Avec notre système, le 3DS ne se déclenche qu’en cas de suspicion de fraude, ce qui fera chuter le taux d’achats non aboutis à 2 ou 3 % », explique Camille Tyan à la rédaction de LeMagIt.

Anytime

A lire aussi

Professionnels : et si votre buraliste devenait votre banquier ?

Lire la suite

Les fonctionnalités de PayPlug

Sans plus attendre, voici les fonctionnalités de PayPlug :

  • Une page de paiement personnalisée en « deux clics » : simple d’utilisation et adaptée au mobile
  • L’intégration de PayPlug en quelques minutes sur son site grâce aux modules

  • La possibilité de surveiller vos ventes : gestion des commandes via l’accès à un historique, communication avec les clients, pilotage des finances, alertes en temps réel, suivi des échecs de paiements
  • La possibilité d’activer ou de désactiver le 3-D Secure en un seul clic ou d’activer le Smart 3-D Secure
  • La possibilité d’automatiser votre comptabilité

2 offres sont disponibles : l’offre Starter et l’offre Premium.

Offre Starter

L’offre de base, dénommée « Starter » inclut :

  • La page de paiement personnalisable
  • Les modules e-commerce
  • Le suivi des échecs de paiement
  • La demande de paiement email/SMS

Offre Premium – à partir de 5 000 € de ventes par mois

En plus d’intégrer toutes les fonctionnalités de l’offre Starter, l’offre Premium intègre :

  • Un Account Manager dédié
  • La page de paiement intégré au site
  • Le paiement en un clic
  • Les virements automatiques

La tarification se fait sur devis.

Pour se rémunérer, PayPlug prélève une commission de 0,8 % à 2,5 % des montants encaissés.

Pour l’instant, PayPlug compte 20 000 clients PME et auto-entrepreneurs. Ses concurrents ? PayPal ou encore Square mais pas de Français. Forte de son récent agrément bancaire, l’entreprise « va gagner en autonomie et pouvoir, d’une part, aller encore plus loin dans la richesse de son offre de services autour des solutions de paiement, et, d’autre part, continuer de se développer sur de nouveaux marchés en Europe », conclut le communiqué.

Un développement qui semble en très bonne voie ! Le 08 novembre 2016, Natixis – la banque internationale de financement, de gestion, d’assurance et de services financiers du Groupe BPCE – a annoncé sa volonté de prise de participation majoritaire de la société PayPlug. Un investissement de 7 millions d’€ est ainsi prévu pour « accélérer le développement de PayPlug en Europe ».

« PayPlug est une société innovante et nous partageons avec ses fondateurs une vision commune de l’écosystème des paiements. Ce projet d’acquisition illustre la volonté de Natixis de compter parmi les acteurs importants de ce domaine stratégique, en pleine transformation et en croissance. La constitution d’une activité regroupant l’ensemble des Paiements au sein de Natixis pour le compte du Groupe BPCE qui s’engage actuellement témoigne de cette ambition », affirme Laurent Mignon, Directeur Général de Natixis.

Jihane Bensouda

 

Publicité
Publicité

2 COMMENTAIRES

    • Bonjour Einstein,

      A notre connaissance, il n’y a pas de concurrent français. Mais si vous pensez à quelqu’un, n’hésitez pas à nous le dire !
      Bien à vous,

LAISSER UNE RÉPONSE