Publicité
Publicité
Seriez-vous prêt à vous passer de cash?

Seriez-vous prêt à vous passer de cash?

0

A l’heure du règlement par carte sans contact, du paiement de personne à personne et du paiement mobile, l’argent liquide, c’est-à-dire les espèces ou encore le cash semble sérieusement menacé. Et – selon une étude IFOP réalisée pour ING eZonomics – c’est bel et bien le cas. Non seulement une société sans cash est possible mais elle serait en plus souhaitée par une part importante de la population dans nombre de pays européens – nous confie l’étude menée auprès de 14 692 personnes dans 15 pays. Décryptage.

chute des paiements en espèces d'ici 5 ans selon FBF

1 Européen sur 5 transporte rarement du cash

L’étude menée du 07 au 27 février 2017 portait sur les 15 pays suivants : Autriche, Belgique, République Tchèque, France, Allemagne, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Espagne, Turquie, Royaume-Uni, Etats-Unis et Australie.

Selon cette étude, les Européens, les Américains et les Australiens se sentent plus à l’aise s’ils transportent moins de billets et de pièces de monnaie. 1ère raison invoquée : les espèces alourdissent les poches 😊.

Conséquence, 54 % des Européens disent avoir bien moins recours aux espèces qu’il y a un an et près de 8 Européens sur 10 envisagent de moins y recourir dans les 12 prochains mois. D’ailleurs, une fois l’utilisation du cash réduite, la tentation d’y revenir s’éloigne…

A la question « Vous avez combien sur vous là ? » :

  • 3 % des Européens répondent : rien, walou, nada
Selon une légende urbaine ou une loi ancienne – impossible de trouver une source fiable là-dessus – il fut un temps où le fait de transporter moins de 20-30 francs français en liquide sur soi était répréhensible… Si vous en savez plus là-dessus, dites-le-nous.
  • 17 % : entre 1 et 10 €
  • 18 % : entre 10 et 20 €
  • 22 % : entre 20 et 40 €
  • 20 % : entre 40 et 70 €
  • 19 % : plus de 70 €

Que penser des nouveaux moyens de paiement ?

A lire aussi

Quels moyens de paiement s’imposeront demain ?

Lire la suite

Une tendance spontanée ou imposée par les gouvernements ?

En Europe, 34 % des sondés annoncent que si ça ne dépendait que d’eux, ils abandonneraient complètement le cash. En France, ils sont 30 % à le déclarer.

Parallèlement, 76 % des Européens n’envisagent pas de se passer des espèces. Cette part atteint 62 % en France. Parmi les Européens encore attachés aux billets et aux pièces, on trouve surtout les personnes âgées de 65 ans et plus qui – à 86 % – ne se voient pas vivre sans cash.

Bien que l’attitude des consommateurs vis-à-vis de l’argent liquide varie de pays en pays, l’étude considère que la politique de lutte contre l’évasion fiscale et la corruption menée par plusieurs gouvernements a une influence certaine. Ainsi, plusieurs gouvernements affichent une volonté de réduire l’utilisation du cash. C’est notamment le cas en France qui a limité les paiements en espèces à 1 000 € – au lieu de 3 000 € – à partir de 2015.

Pour Kenneth Rogoff – professeur à Harvard cité dans l’étude – une des manières efficaces de lutter contre la corruption et l’évasion fiscale serait de retirer de la circulation la plus grosse coupure. Dans la zone euro, la plus grosse coupure c’est le billet de 500 €. Et celui-ci est précisément appelé à disparaître d’ici fin 2018.

Fin du billet de 500 €

A lire aussi

La BCE fait la peau au billet de 500 €

Lire la suite

Pas de problème pour les consommateurs européens qui ne sont que 6 % à considérer que le retrait du billet de 500 € aura une incidence sur leurs finances. En France, ils ne sont que 4 % à le craindre.

Le paiement en espèces privilégié pour des transactions peu élevées

Le recours au cash est privilégié – nous dit l’étude – pour des transactions de faible montant. 88 % des Européens utilisent les espèces pour des montants compris entre 1 et 10 €. Ainsi :

  • 67 % des Européens disent régler en cash leur sandwich ou leur café
  • 57 % leur taxi
  • 40 % leur restau

Les alternatives au paiement en espèces

  • Aujourd’hui en France, la carte bancaire sans contact tend à faire disparaître les montants minimums imposés par les commerçants pour les règlements par carte. Et pour cause, les paiements par carte sans contact sont limités à 20 €.
Fin 2017, cette limite passera à 30 €.

Du coup, pour les transactions de faible montant, la CB sans contact s’impose comme une bonne alternative.

  • Le paiement mobile ou m-payment est également étudié depuis quelques temps par les banques. Comme pour les CB sans contact, le smartphone utilise la technologie NFC permettant des paiements sans contact. Pour se servir de son portable comme d’un véritable moyen de paiement, il suffit alors de télécharger une appli (Kix chez BNP Paribas, Paiement Mobile sans contact à la Société Générale ou encore m-Carte au Crédit Mutuel-CIC). En mode sans contact, le smartphone permet – comme la CB sans contact – de payer des achats d’un montant inférieur à 20 €. Un code est ensuite requis pour régler jusqu’à 300 €.

Paiement mobile

A lire aussi

Les solutions de paiement sans contact mobile : état des lieux

Lire la suite

  • Enfin, des portefeuilles électroniques type Apple Pay, Paylib ou encore Orange Cash ne cessent d’être développés. Permettant tout à la fois les paiements mobiles sans contact et les achats en ligne, ces solutions s’imposent pourtant moins vite qu’on aurait pu le penser. Ainsi, selon l’article Pourquoi Apple Pay n’est pas le raz-de-marée attendu, publié sur le site des Echos.fr le 24 avril 2017, seuls 13 % des utilisateurs américains d’iPhone auraient déjà utilisé Apple Pay… deux ans et demi après son lancement…

Paylib Sans Contact

A lire aussi

Paylib va-t-il enterrer Apple Pay ?

Lire la suite

Et vous que pensez-vous de tout ça ? Seriez-vous prêt à abandonner le paiement par cash au profit de ce qu’on appelle les nouveaux moyens de paiement ? Donnez-nous votre avis en laissant un commentaire juste sous l’article !

Jihane Bensouda

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE