Publicité
Publicité
Ville du futur : les agences bancaires auront toujours leur place !

Ville du futur : les agences bancaires auront toujours leur place !

0

74 % des Européens sont convaincus que l’agence bancaire aura sa place dans celles qu’on appelle les « smart cites », les villes du futur. Dans une ville connectée, le contact humain est valorisant. Pourtant la fonction des agences devra changer… Pour s’adapter. Explications.

La sécurisation des paiements sur internet

Score Advisor et Novamétrie ont mené une enquête auprès de 7000 européens et 30 dirigeants et experts sur les services financiers à l’heure des « villes intelligentes ». Cette étude a été réalisée en partenariat avec le Crédit Mutuel Arkéa, RCI Bank et Société Génerale.

Une smart city ou ville intelligente, c’est en fait l’optimisation des coûts, de l’organisation, du bien-être des habitants grâce aux nouvelles technologies et à l’utilisation massive de données mesurées par des capteurs et des objets connectés. 

« D’ores et déjà, la ville intelligente mobilise de multiples prestataires : opérateurs téléphoniques, grands acteurs de l’internet, promoteurs immobiliers, constructeurs automobiles », expliquent les auteurs de l’étude. Et les banques, elles sont où dans tout ça?

Plus de guichets et moins de conseils

Alors que des dizaines et des dizaines d’agences bancaires ferment les unes après les autres, cette enquête montre qu’elles pourraient bien avoir leur place dans ces villes du futur. A condition de quelques mutations…

A lire aussi

Les banques ont encore du travail côté satisfaction client

Lire la suite

74 % des Européens interrogés sont convaincus que l’agence bancaire fera partie de la ville de demain. « Dans un monde digital, le contact humain sera valorisant », estiment les Européens. Mais sa fonction devrait, selon eux, changer : il s’agirait plus d’une  « demande de relations de guichets plus que de conseil : trouver tout de suite quelqu’un pour résoudre un problème ou lever une difficulté ».

Qui dit exploitation des données, dit sécurisation de ces données…

Au-delà d’un besoin relationnel, l’enquête démontre que les consommateurs recherchent un tiers de confiance qui animera de nouveaux services, tout en respectant leur intimité.

Pour 40 % des interrogés, la banque est ainsi le « meilleur tiers de confiance » pour ce qui est de « conserver les données, et de les divulguer seulement selon ses souhaits ». Les prêteurs arrivent ainsi mieux classés que les organismes publics ( 31 % de confiance) et devant les opérateurs téléphoniques et les géants de l’internet (respectivement 11 et 12 % de confiance).

Les Fintechs

A lire aussi

Open Banking : la révolution du secteur bancaire ?

Lire la suite

Les banques doivent cependant mettre en place des services plus pertinents pour le public et trouver un modèle économique cohérent. Une tâche ardue, surtout avec l’arrivée des Fintechs, ces nouveaux acteurs qui bousculent le paysage financier.

Et vous, vous l’imaginez comment la ville du futur ?

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE