Publicité
Publicité
Virement instantané : les banques françaises traînent la patte

Virement instantané : les banques françaises traînent la patte

0

Ce 21 novembre, la banque espagnole CaixaBank a annoncé à grand bruit être fin prête pour le lancement du dispositif de transferts instantanés en Europe. Baptisé « SEPA Instant Credit Transfer » (ou « SCT Inst », pour les intimes), le programme devrait permettre de passer un virement entre les différents établissements participants au sein de l’Union Européenne en moins de 10 secondes ! Mais si les banques de nombreux Etats sont préparées pour mettre en place ce nouveau service, difficile d’en dire autant pour la France…

Transfert d'argent
Transfert d'argent

Les règles de fonctionnement du dispositif avaient été fixées voilà maintenant 1 an : il devait permettre à chaque citoyen d’effectuer des transferts de compte à compte parmi l’ensemble des établissements participants des 34 pays membres de la zone SEPA. Le tout dans la limite de 15 000 € et avec des opérations effectives en 10 secondes à peine, contre des délais de 2 à 3 jours aujourd’hui. Vous êtes intéressé ? Dommage ce n’est pas pour tout de suite !

Le Conseil européen des paiements (EPC) espérait le voir disponible à compter du 21 novembre. Mais le virement instantané ne sera opérationnel qu’à partir de 2019 estiment les banques françaises. Loin derrière leurs collègues allemandes, autrichiennes et espagnoles, ces dernières accumulent en effet les retards.

Seule bonne élève, la BCPE fait figure d’exception puisqu’elle envisage de proposer le paiement en temps réel dès le printemps prochain à l’ensemble de ses clients. CaixaBank, quant à elle, a réalisé avec succès un premier test du service avec l’un de ses homologues autrichiens.

Idées reçuesA lire aussi

Idées reçues sur le virement bancaire

Lire la suite

Plus tôt dans la journée, l’EPC s’est félicité du grand nombre de participants à l’opération. Ils étaient ainsi 585 à se lancer ce 21 novembre ! Attention toutefois : si quelques-uns des grands pionniers de la banque ont répondu présents, il s’agit pour la plupart d’entités locales.

Les banques françaises, elles, s’illustrent par leur totale absence. Un constat d’autant plus surprenant à l’heure du toujours plus vite. Les néobanques qui disruptent le marché français l’ont bien compris. Et leur succès s’explique en partie par la capacité à fluidifier les opérations bancaires avec, par exemple, l’actualisation du solde de vos comptes en temps réel.

Par contraste les virements d’une banque à l’autre prennent au moins 2 à 3 jours. Et si vous êtes pressé il vous faudra débourser 15 € en moyenne pour procéder à un virement urgent qui sera traité dans la journée. Loin, très loin de la qualité de service désormais proposé par les partisans du transfert instantané.

Paul Atz

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE