Publicité

Publicité
Financements TPE : des frais bancaires trop opaques

Financements TPE : des frais bancaires trop opaques

0

Les petites entreprises (TPE) à la recherche de financement sont bien souvent démunies. Elles n’ont souvent d’autres choix que de taper à la porte de leur banque. Mais, en l’absence d’explications claires sur les différents produits à leur disposition, de données homogénéisées et de transparence sur les frais prélevés, les TPE ne peuvent que faire confiance à leur conseiller bancaire. Dommage ! Ça les empêche de faire jouer la concurrence. C’est pourquoi l’Observatoire du financement des entreprises entend bien remédier à cela.

transparence des frais
transparence

Conscient que cette opacité nuit aux entrepreneurs, l’Observatoire du financement des entreprises s’est en effet saisi du problème. Résultat, il a remis le 4 juillet 2016 un rapport détaillé dans lequel il met en évidence les facteurs clés qui conduisent à cette cacophonie tarifaire et informationnelle et les solutions pour y remédier. TPE, la voie vers plus de transparence est ouverte !

Vers l’homogénéisation des termes employés

Le jargon bancaire, c’est déjà compliqué pour les particuliers, mais alors quand les banques s’adressent aux professionnels, c’est à n’y rien comprendre. La preuve !

L’Observatoire s’est focalisé sur 15 plaquettes tarifaires et 5 solutions de financement à plus ou moins long terme. A savoir : la facilité de caisse, le découvert autorisé, le crédit à court terme, l’escompte, le dailly et l’affacturage.

Auto-entrepreneur : les financements possibles

A lire aussi

Auto-entrepreneur : les financements possibles

Lire la suite

Plutôt que de parler de « frais de dossier » en cas de découvert autorisé ou de crédit, certains établissements font dans l’originalité :

  • « frais de mise en place »
  • « frais de renouvellement »
  • « frais d’actualisation »
  • « frais d’étude annuelle ».

Le constat est encore plus éloquent concernant les produits typiquement professionnels (donc moins connus). Pour l’affacturage, l’Observatoire a identifié pas moins de 9 termes qui renvoient tous à la « commission de financement » :

  • « commission spéciale de financement »
  • « commission d’anticipation »
  • « frais financiers ou commission spéciale de financement »
  • « frais financiers »
  • « commission spéciale »
  • « frais financiers de mobilisation »
  • « commission de financement précomptée »
  • « commission de financement décomptée »

Ces deux exemples sont loin d’être les seuls, ni les plus hallucinants, cités dans le rapport. Pour ne plus embrouiller les entrepreneurs, l’Observatoire préconise donc logiquement l’utilisation des mêmes termes dans les plaquettes tarifaires. Et en plus, le gouvernement dispose déjà des outils nécessaires : les glossaires de la Fédération bancaire française et de l’Association des sociétés financières qui pourraient servir de « référence pour les acteurs du marché ».

Harmoniser, est-ce faisable ? Tout à fait ! C’est du déjà-vu. Depuis 2011, les banques doivent indiquer en début de plaquette, dans ce qu’on appelle l’extrait standard des tarifs, le coût de 11 services de base. La terminologie est la même dans toutes les plaquettes.

Vers la standardisation des plaquettes

Standardiser le jargon des plaquettes, c’est bien ! Standardiser la place des diverses offres de financement, c’est tout aussi nécessaire. Car après la jungle terminologique, voici la jungle du positionnement !

« Pour les produits examinés, l’information est rarement rassemblée au sein de la catégorie des « crédits/financements », note l’Observatoire. Il faut donc, en général, aller chercher de l’information dans d’autres catégories ».

Pour BNP Paribas, c’est assez flagrant. Alors qu’on s’attendrait à trouver toutes les infos concernant le découvert dans la partie « Financements et crédits », catégorie « Découvert personnalisé », BNP Paribas a glissé la « commission de découvert dans « Ouverture, fonctionnement et suivi du compte », en tout début de plaquette. Pas très intuitif !

tarifs pro BNP

Dans d’autres plaquettes, « l’information existante est trop limitée : incomplétude des composantes tarifaires indiquées et absence de chiffres en face de certaines composantes. » C’est le cas du Crédit Agricole Ile de France qui résume sous l’appellation « crédits » ses offres de financement. Un peu light, vous ne trouvez pas ?

tarifs pro CA IdF

Un autre exemple, au Crédit du Nord cette fois. La présentation adoptée ne permet pas de savoir si le crédit se rapporte à du moyen ou du court terme ou bien les deux. Ni de connaître les frais occasionnés d’ailleurs.

tarifs pro Crédit du Nord

Côté tarifs, ce n’est pas mieux

La meilleure illustration de l’absence totale de transparence des banques ? L’accumulation des mentions « nous consulter », « études personnalisées », « à partir de » et même « approche sur mesure »… qu’on trouve ça et là sur les plaquettes. Cela concerne aussi le financement que le compte bancaire professionnel.

A ce propos, le site lesechos.fr croit en effet savoir que plusieurs grands groupes bancaires, dont BPCE (Banque Populaire Caisse d’Epargne), ont commencé à taxer les dépôts bancaires de certaines entreprises. Cette facturation serait appliquée au cas par cas « quand la taille de la trésorerie est significative ». Côté opacité, on est au summum.

Pas transparents et souvent très chers, les tarifs appliqués aux professionnels dépassent en effet de loin ceux appliqués aux particuliers. A la Bred, les professionnels paieront 43,64 €/ trimestre de frais de tenue de compte, pour les particuliers c’est 18€/an maximum. A la BNP, les nouveaux entrepreneurs auront à débourser de 57,50 € à 208 €/ trimestre, versus 30 € max/an pour vous et moi. Alors oui, les banques ont plus d’opérations à traiter, mais tout de même.

logo

Conseil billet de banque

Artisans, commerçants et professions libérales, vous pouvez très bien ouvrir un compte personnel pour votre activité et profiter ainsi des tarifs des particuliers.

Une solution : comparer !

En tant que professionnel, vous recherchez une solution de financement ? Pour obtenir une vision large du marché des crédits pour les professionnels, rendez-vous sur le comparateur dédié !

Gratuitement sur Panorabanques, vous pouvez en effet procéder à une comparaison des crédits destinés aux professionnels et trouver le contrat qui répond à vos besoins. Le plus du comparateur de Panorabanques ? Non seulement les banques sont comparées mais les plateformes de crowdlending aussi ! Objectif : faire financer votre projet !

Comment faire baisser les frais de son compte professionnel ?

A lire aussi

Comment faire baisser les frais de son compte professionnel ?

Lire la suite

Marie-Eve F

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE