Publicité

Publicité
Focus sur le crédit syndiqué

Focus sur le crédit syndiqué

0
Focus sur le crédit syndiqué
Focus sur le crédit syndiqué

Emprunter des sommes importantes peut s’avérer compliqué pour une entreprise. Son partenaire financier habituel peut en effet hésiter à s’engager plus avant à des niveaux qu’il juge porteurs de risques imprenables. Le crédit syndiqué apporte une solution concrète et crédible aux entrepreneurs en quête de tels financements. Tout savoir sur ce type de crédits méconnus mais très utiles !

Les principes du crédit syndiqué

Il s’agit d’un crédit contracté auprès de plusieurs banques. On le qualifie de crédit syndiqué ou de crédit consortial. Cette solution mise en œuvre par un syndicat bancaire permet de mutualiser le risque. L’opération est coordonnée par un chef de file chargé d’élaborer la solution de financement et qui assure la fonction d’intermédiaire entre le demandeur et l’ensemble des établissements prêteurs.

Il se charge en outre de négocier les clauses particulières et les garanties. La mutualisation du risque s’effectue au sein du pool bancaire soit sur le principe de la quote-part soit sur celui d’une part de risque plus importante en échange d’une rémunération supérieure. L’entreprise qui sollicite ce type de crédit devra notamment fournir les bilans audités de ses trois derniers exercices ainsi qu’un business plan et son bilan prévisionnel. Cette technique financière relève généralement de la finance internationale et concerne des emprunts à moyen terme. Le contrat, issue d’une phase précontractuelle de négociation, est rédigé en anglais. En France, le crédit syndiqué s’apparente depuis l’arrêt du 27 mars 2001 de la cour de cassation à une société en participation.

Zoom sur le prêt professionnel

A lire aussi

Zoom sur le prêt professionnel

Lire la suite

Un financement avantageux

Le crédit syndiqué a pour principal avantage de fournir une solution avantageuse pour financer les grands projets des entreprises. Il se conclut en effet à des taux attractifs au regard des sommes empruntées et à des coûts administratifs très réduits. En outre, la centralisation du dossier par l’établissement chef de file permet un versement rapide des fonds sollicités. Les modalités de remboursement reviennent à l’établissement qui a au final octroyé le crédit.

Créé par James B. Lee, un génie de la finance américaine disparu en 2015, le crédit syndiqué est devenu un outil majeur du capitalisme. Il permet parfois d’emprunter plusieurs milliards de dollars. Le groupe Lagardère a pu ainsi obtenir, en mai 2015, une ligne de crédit de 1,25 milliards d’euros sur cinq ans (extensible deux fois 1 an) auprès d’un syndicat de 15 banques. Cette opération a permis à Lagardère de diminuer sa dette, grâce au rachat d’un crédit précédent, et d’augmenter ses liquidités disponibles.

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE