Publicité

Publicité
Mansa simplifie l’accès au crédit des indépendants

Mansa simplifie l’accès au crédit des indépendants

0
mansa

Mansa, fintech française née en 2019, s’est donné pour mission de faciliter l’accès au crédit des travailleurs indépendants, une cible dont les ressources ne correspondent pas aux standards bancaires habituels. Pourtant, ils sont plus de 3 millions en France et leur nombre ne cesse d’augmenter. 

Un crédit dédié aux non-salariés

Mansa permet d’emprunter pour financer des investissements professionnels, comme l’achat de matériel, des projets personnels, tels que des travaux dans son logement, ou des dépenses mixtes, comme un véhicule ou un ordinateur.

Demande de prêt professionnel
Demande de prêt professionnel

Les entrepreneurs peuvent demander un prêt professionnel de 500 à 10.000 euros sur une durée de remboursement de 3 mois à un an. Le taux annuel effectif global (TAEG) varie de 10 à 20% selon les profils. Le montant du prêt personnel est moins élevé (jusqu’à 5.000 euros). Accordé sous forme de crédit renouvelable, son taux varie de 10,5 à 21%.

Tous les travailleurs indépendants peuvent solliciter Mansa : micro-entreprise, profession libérale, EIRL, EURL, SASU, SARL… Il suffit d’avoir un numéro de SIREN français de plus d’un an et un revenu moyen supérieur à 1.500 euros. Dernière condition : ne pas être fiché à la Banque de France, ni être en redressement ou liquidation judiciaire. 

La demande se fait en ligne, sur le site de la start-up. Une réponse de principe est transmise en 10 minutes et une réponse définitive sous 48 heures. Mansa s’engage ensuite à libérer les fonds en 24 heures. 

Des profils solvables qui intéressent peu la concurrence

Obtenez votre crédit en tant qu’indépendant avec Mansa

Accéder à un prêt est souvent compliqué pour les travailleurs indépendants : absence de fiches de paie, revenus irréguliers et multiples… Les seuils et critères d’octroi des crédits par les banques ne prennent pas en compte les spécificités des non-salariés. Cependant, avec un revenu médian de 3.580 euros mensuels en 2017, leur capacité de remboursement est réelle. Si ce chiffre regroupe des réalités différentes, une part importante de ces travailleurs est qualifiée et exerce dans des domaines porteurs, comme l’économie numérique ou le service aux entreprises. 

Avant Mansa, les indépendants qui souhaitaient souscrire un emprunt pouvaient se tourner vers le microcrédit professionnel via des acteurs de l’économie sociale et solidaire comme l’Adie et la Nef. Mais le premier organisme demande à ce qu’un membre de l’entourage se porte garant tandis que le second exige que le projet comporte une dimension écologique, sociale ou culturelle. L’autre solution était de souscrire un crédit à la consommation sans justificatif auprès d’un prêteur comme Cashper ou Finfrog. Cependant la durée de remboursement et le TAEG pouvaient être dissuasifs. 

Ali Rami, le fondateur, et ses associés ont donc imaginé une réponse sur-mesure aux besoins d’une clientèle solvable et habituée des nouvelles technologies. Mansa est, en France, la seule à proposer ce type de produit pour le moment. 

Un système qui repose sur le partenariat

Première innovation : le calcul du niveau de risque ou credit scoring est réalisé grâce à l’open banking et la technologie API Bridge fournie par Bankin, une fintech française. Le demandeur autorise Mansa à accéder à son historique bancaire et à analyser les données. L’algorithme utilisé est conçu pour vérifier une centaine de paramètres. Ils prennent en compte la spécificité des revenus des indépendants, contrairement aux programmes des banques qui sont adaptés aux profils des employés en CDI. Grâce à ce processus automatisé et sécurisé, la décision est rendue en 48 heures.

Afin de permettre à ses clients de faire l’intégralité de leur demande sur son site internet, la jeune pousse a dû adapter les différentes étapes de vérification. C’est la start-up anglaise Onfido qui s’assure de l’identité des emprunteurs et la normande Yousign qui authentifie la signature des contrats

Mansa est enregistré auprès de l’Organisme pour le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance (ORIAS) comme mandataire non exclusif en opérations de banque et en services de paiement. Elle ne détient pas de licence bancaire. Pour pouvoir accorder des prêts, elle s’est associée à Travelex et Franfinance, filiale de la Société Générale. Elle bénéficie également du soutien d’institutionnels, la Banque Publique d’Investissement notamment. 

Afin de faire connaître son produit, Mansa a noué des partenariats avec d’autres plateformes spécialisées dans les services aux freelances. Les néobanques des professionnels Shine et Anytime, le centre de formation en ligne pour les entrepreneurs Livementor ou le logiciel de comptabilité pour les indépendants Indy (ex Georges) proposent les services de Mansa à leurs clients. Une façon pour eux de développer leur offre et pour la jeune entreprise de réduire ses frais de marketing. 

En un an, Mansa a déjà reçu 20.000 demandes de crédit et accordé des prêts pour un total d’1,5 millions d’euros. Afin de poursuivre sa croissance à deux chiffres, elle prévoit d’allonger la durée de remboursement et de se lancer au Royaume-Uni et en Allemagne. 

Mansa : le crédit aux indépendants
Mansa : le crédit aux indépendants
Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE