Publicité

Publicité
Quand le Crédit Agricole débloque 5 milliards d’€ pour les agriculteurs

Quand le Crédit Agricole débloque 5 milliards d’€ pour les agriculteurs

0

Les filières agricoles ont subi de nombreuses pertes liées au climat, aux marchés et aux crises sanitaires. Selon la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA), ces pertes représenteraient entre 4 et 5 milliards d’€… C’est dans ces circonstances que le Crédit Agricole a annoncé lundi 19 septembre qu’il viendrait en aide à ses clients agriculteurs en difficulté. La Banque verte promet de débloquer 5 milliards d’€ pour leur permettre de demander des prêts de trésorerie ou des fonds de roulement à un taux avantageux. Focus.

Crédit
Crédit

1,5 % de taux d’intérêt maximum pour ces prêts garantis par l’Etat

9 agriculteurs sur 10 sont clients du Crédit Agricole. Depuis plus d’un an, la banque « a réaménagé 42 000 prêts […] dont 14 000 dispositifs d’années blanches, c’est-à-dire de report d’une année de remboursements ».

Pour aller encore plus loin dans l’aide apportée au monde agricole – qui au passage, constitue sa mission originelle – la banque propose de mettre à disposition une enveloppe de 5 milliards d’€, débloquée en deux temps :

  • Dans un premier temps, 3,5 milliards serviront à « la préparation de la campagne future ».
  • « Le deuxième [temps] c’est une autre enveloppe de 1,5 milliard en prêt à moyen terme pour permettre de reconstituer les fonds de roulement pour les agriculteurs qui auront le plus besoin d’apports structurels », a indiqué à l’AFP Bertrand Corbeau, Directeur général adjoint de Crédit Agricole SA.

Bien que les taux des prêts octroyés aux agriculteurs en difficulté soient librement établis par chacune des caisses du Crédit Agricole, un consensus sur le taux d’intérêt limite a été trouvé : 1,5 % max !

Jeudi 15 septembre, le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll a indiqué qu’il annoncerait d’ici deux semaines un plan d’aide pour refinancer les filières agricoles en difficulté. Avec la participation des banques et de la Banque publique d’investissement (BPIfrance), le ministère compte présenter des mesures de garanties publiques. En d’autres termes, les prêts à 1,5 % pour les agriculteurs seraient garantis par l’Etat, du moins pour les situations les plus tendues.

Zoom sur le prêt professionnel

A lire aussi

Zoom sur le prêt professionnel

Lire la suite

Quelle alternative aux prêts bancaires pour les agriculteurs ?

Bien heureusement, le secteur agricole n’intéresse pas seulement les pouvoirs publics et les banques. La rédaction de RFI nous présente Blue Bees, une « plateforme de finance participative destinée à promouvoir et faciliter la réalisation de projets qui œuvrent pour une agriculture et une alimentation durables, c’est à dire écologiques, viables économiquement, source d’emplois et de liens sociaux sur les territoires. »

La mission de la plateforme – qui nous assure que « le bonheur est dans le prêt » 🙂 – est d’encourager les citoyens à investir pour l’agriculture de demain.

Quelques exemples de projets financés par Blue Bees :

  • Installation en maraichage bio
  • Magasins de producteurs locaux
  • Conversion à la bio
  • Première transformation des produits de la ferme
  • Projets d’agroforesterie et de reforestation
  • Développement d’une filière agricole de A à Z
  • Création de filières de recyclage, valorisation de matières secondaires
  • Energie bas carbone
  • Education à l’environnement

Aujourd’hui, Blue Bees a financé avec succès plus de 75 projets, collecté 1 585 630 €, remboursé 317 637 € aux prêteurs avec intérêts.

Le développement de ce type de plateformes de crowdfunding pour une agriculture durable pourrait bien apporter une réponse concrète aux crises agricoles.

Jihane Bensouda

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE