Publicité

Publicité
Osez les unités de compte !

Osez les unités de compte !

0

Tel est le message largement diffusé par les assureurs-vie ces derniers temps. En même temps, ils n’ont pas tout à fait tort. Car depuis 2011, le rendement moyen des unités de compte (UC) est supérieur à celui des fonds euros. La preuve, alors que les fonds euros ont rapporté 2,3 % en moyenne en 2015, les UC ont, elles, rapporté 4,1 %. Enquête.

Placements

Malgré l’opération séduction lancée par les assureurs-vie, vous êtes encore peu nombreux à placer votre argent sur des unités de compte (UC). En 2015, les UC ont attiré 27,5 milliards d’euros, contre 108,2 milliards pour les fonds euros, selon le tableau de bord 2015 de la Fédération française de l’assurance (FFA) publié le 1er septembre 2016.

Contrat d'assurance vie

A lire aussi

Assurance-vie : la solution de CNP Patrimoine pour vous faire préférer les unités de compte

Lire la suite

Sur 5 ans, les UC ont rapporté 2 fois plus que les fonds euros

Pourquoi cette défiance ? Par peur de perdre votre capital principalement. Car à l’inverse des fonds euros, les UC sont composées d’actifs – fonds actions, fonds communs de placement, Sicav etc. – dont la valeur oscille dans le temps. Résultat, en cas de mauvaise passe sur les marchés financiers vous risquez de perdre tout ou partie de votre argent. Angoissant !

Et pourtant, les données de la FFA se veulent rassurantes. Car à long terme – sur les 5 dernières années en l’occurrence – les unités de compte ont offert un rendement nettement supérieur à celui des fonds euros.

Depuis 2011, ces derniers ont rapporté en moyenne 1,6 % par an net. « Net », c’est-à-dire une fois déduits les frais de gestion et l’inflation. A l’inverse, les supports en unités de compte vous ont, eux, rapporté 3,1 % nets, soit presque 2 fois plus !

Rien qu’en 2015, les unités de compte ont rapporté 4,1 % nets, contre 2,3 % pour les fonds euros. En cause, des marchés financiers au beau fixe, à l’image du CAC 40.  En 2015, l’indice phare de la Bourse de Paris – qui prend en compte les 40 entreprises les mieux cotées – a bondi de 8,5 % !

Restez toutefois prudents

Miser sur les unités de compte semble donc être plutôt une bonne idée.

Mais soyez toutefois conscient que comme le disent si bien les assureurs-vie, les courtiers et autres fournisseurs de produits d’épargne « les performances passées ne préfigurent pas des performances futures ». Mais qu’est-ce que cette phrase signifie au juste ?

En fait, elle vous met justement en garde contre la volatilité des supports en unités de compte. Pendant plusieurs mois voire années, votre unité de compte peut être très rentable, mais subitement – en raison d’un retournement global des marchés ou d’une crise sectorielle – son rendement peut décliner. A l’inverse, un jour son rendement peut être en berne et le suivant remonter.

Quelles unités de compte choisir ?

A lire aussi

Quelles unités de compte choisir ?

Lire la suite

Notre conseil : diversifiez votre portefeuille !

Pour se prémunir des soubresauts des marchés, le mot d’ordre est : diversifiez ! Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. Sécurisez votre épargne en plaçant une partie de vos fonds sur un ou plusieurs supports en euros. Et dynamisez le reste en misant sur plusieurs unités de compte. Diversifiez également vos UC : secteurs d’activité, types d’actif, pays etc.

Pour ceux qui n’ont ni le temps, ni l’envie, ni les compétences pour gérer leur contrat, pensez à la gestion sous mandat. Il s’agit de déléguer la gestion de votre assurance-vie à un professionnel. Vous définissez avec lui votre profil d’investisseur et l’objectif de votre épargne et ensuite il s’occupe de tout.

Gérer son assurance vie avec un conseiller

A lire aussi

Gérer son assurance vie avec un conseiller

Lire la suite

Renseignez-vous, tous les contrats ne proposent pas la gestion sous mandat. Souvent, elle est accessible uniquement à partir d’un certain niveau d’épargne (niveau qui peut être élevé). Et bien sûr, elle a un coût : environ 1 % par an du capital confié.

Sinon, vous pouvez toujours consulter nos articles dédiés à l’assurance-vie afin de devenir un expert du sujet 😉

Frais sur les supports en unités de compte : votre vigilance est requise

Avant d’investir, reste un élément à ne pas oublier de regarder : les frais liés à l’unité de compte choisie et prélevés par la société de gestion.

Pour faire simple, on distingue 4 types de frais en assurance-vie (hors frais de sortie anticipée) :

  • Les frais sur versement

Les frais sur versement sont les frais prélevés à chaque fois que vous versez de l’argent sur votre contrat.

  • Les frais de gestion

Prélevés tous les ans, ils servent à rémunérer l’assureur pour la gestion de votre contrat. Les assureurs différencient généralement les frais de gestion des supports euros, des frais de gestion des supports en unités de compte. Ces derniers étant plus chers. De 0,6 % à 0,9 % pour les fonds euros, de 0,8 % à 1 % pour les UC, selon le récent rapport du site spécialisé GoodValueforMoney.eu.

  • Les frais d’arbitrage

Vous payez des frais d’arbitrage lorsque vous transférez vers un autre fonds tout ou partie de votre capital. Ils sont donc appliqués uniquement aux contrats proposant plusieurs supports d’investissement, contrats dits multisupports.

lupa

Comparer les assurances-vie

Pour pouvoir choisir votre contrat, vous pouvez utiliser le comparateur de Panorabanques. En un clin d’œil, vous visualiserez les frais de versement, de gestion… et les performances de plus de 50 contrats d’assurance-vieJe compare

  • Les frais dits « cachés » propres aux UC

Ce sont eux les frais liés à chaque unité de compte. Ils correspondent aux frais de gestion, non pas prélevés par l’assureur, mais par la société en charge des supports financiers logés dans les unités de compte. Et là méfiance, car leur montant varie fortement selon le gestionnaire et le type d’actifs…

Par exemple, sur les fonds composés d’actions, GoodValueforMoney.eu estime à 1,69 % la moyenne des frais prélevés. Mais selon le gestionnaire l’écart varie : de 1,47 % pour les frais perçus par Fidelity – l’un des principaux gestionnaire d’actifs dans le monde et partenaire notamment de BNP Paribas – à 2,35 % pour Tocqueville Finance, acteur plus petit.

Selon le type d’actifs aussi : gestion flexible (1,81 %), fonds structurés (1,21 %), trackers (0,39 %). Evidemment plus les supports nécessitent une gestion active plus les gestionnaires sont gourmands.

Conclusion, lisez attentivement les fiches détaillées accompagnant les supports et interrogez votre conseiller notamment sur les frais dits « cachés ». Bref, ne vous attardez pas que sur les performances des supports d’investissement. Allez courage !

Marie-Eve F

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE