Publicité

Publicité
Argent : top 5 des arnaques du moment

Argent : top 5 des arnaques du moment

0

Assurance-vie, options binaires, investissement locatif, prêts entre particuliers ou encore produits atypiques (des œuvres d’art, du vin et même des chevaux de course !), tous ces placements ont en commun de s’accompagner d’un lot d’arnaques pour les particuliers.

Arnaque
Arnaque

Les techniques des escrocs sont plus ou moins bien rodées… billet de banque fait le point pour vous aider à éviter les escroqueries.

Arnaque à l’assurance vie

Le site des Généalogistes de France met en garde depuis le 18 avril 2016 contre le type d’arnaque à l’assurance vie le plus connu, et d’ailleurs peut-être le seul : des personnes pas franchement bien intentionnées vous contactent et vous font croire que vous êtes l’heureux bénéficiaire d’un contrat d’assurance vie. Au passage, elles vous soutirent des fonds.

Mode opératoire des faux généalogistes

En l’occurrence, les escrocs se font passer pour des généalogistes professionnels dont la mission est, sur mandat d’un notaire ou de manière indépendante, de retrouver les héritiers d’une succession. Ils peuvent alors « révéler leurs droits aux héritiers » en leur faisant signer un contrat de révélation de succession.

Premier problème : le contrat d’assurance vie dont il est question a évidemment été souscrit à l’étranger… 2e souci : pour récupérer le capital, vous devez faire une avance de fonds ! Ben tiens ! Et c’est en général là que les gens se méfient, explique les Généalogistes de France. Pas grave, les fraudeurs ont tout prévu : ils vous proposent d’être mis en relation avec un avocat !

Trucs à savoir pour éviter l’arnaque

  • Si vous êtes bénéficiaire d’une assurance vie, c’est l’assureur qui entrera en contact avec vous pour vous verser le capital, et non le généalogiste
  • Normalement, un généalogiste qui agit sur mandat d’un notaire ne demande pas d’avance d’argent. Sa rémunération est fixée dans le contrat de révélation de succession et l’héritier est censé en être informé avant d’être invité à mettre la main à la poche

Arnaque au prêt entre particuliers

Les associations de consommateurs tirent la sonnette d’alarme depuis un moment déjà : face au succès triomphant du financement participatif, les escrocs se régalent. Croyant se voir accorder un prêt aux conditions avantageuses, le particulier finit par se faire complètement avoir : alors qu’il voulait emprunter de l’argent, c’est finalement lui qui en dépense !

Mode opératoire des faux prêteurs

C’est généralement par mail, sur les réseaux sociaux ou encore sur les forums que le particulier se fait approcher. Lui, l’exclu du crédit bancaire, se voit tout à coup proposer un crédit à la consommation à un taux fantastique, sans apport exigé, sans condition de revenu car « hors banque ».

Problème : des frais de dossier au montant fantaisiste lui sont en général demandés. Il n’obtiendra jamais de crédit et ne reverra jamais son argent…

Trucs à savoir pour éviter l’escroquerie

  • Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, quand vous demandez un crédit, vous n’êtes pas supposé payer des frais en amont
  • En France, la seule plateforme de prêts entre particuliers agréée en tant qu’Etablissement de crédit par l’ACPR est Younited Credit (ex Prêt d’Union)
  • Si le site sur lequel vous vous trouvez est autorisé à distribuer des crédits entre particuliers, il sera immatriculé sur le registre de l’ORIAS.

Arnaque aux placements atypiques

En ces temps de vache maigre, la course au rendement se traduit par des investissements de la part des épargnants sur des produits atypiques mais jugés extrêmement fiables… Diamants, vins, métaux précieux, chevaux de course… la liste est longue.

Mode opératoire des (faux) conseillers en investissement financier (CIF)

Vous vous faites approcher par un faux CIF qui vous vante les mérites de ces placements en vous précisant bien, et en le répétant au besoin, qu’ils sont absolument sans risque ! Cerise sur le gâteau : le rendement hyper attractif de ces investissements.

Problème : les risques ne vous sont jamais exposés. Votre argent disparaît avec le faux CIF.

Trucs à savoir pour ne pas tomber dans le panneau

  • Un produit qui rapporte est un produit qui s’accompagne de risque pour l’investisseur, c’est comme ça et c’est tout !

Arnaque aux places de parking

Si si, ça existe ! Et a priori, ça peut être une bonne idée, surtout dans les grandes villes comme Paris où les riverains sont prêts à payer cher pour pouvoir garer leur voiture. Mais tout n’est pas rose, loin de là. Des sociétés véreuses ont en effet fait de l’achat-location de places de parking leur business. Le quotidien Le Parisien a récemment dévoilé une affaire de ce type.

Mode opératoire de ces loueurs du dimanche

Entre 2003 et 2009, la société Bonne Nouvelle Investissement a réussi à convaincre 1 300 particuliers d’investir leur argent. Ils se laissaient d’autant plus facilement séduire que la société leur promettait une importante réduction fiscale due à la remise à neuf des places. Une société de rénovation est bien mandatée, Park Renov. Mais alors même que des travaux très onéreux sont facturés, les rénovations n’ont jamais été faites et les investisseurs n’ont jamais perçu les loyers promis.

Truc à savoir avant d’investir dans les places de parking

On vous conseille d’acheter et de louer vous-même vos places de parking. Ce placement est toutefois réservé aux aguerris. Il faut être très sélectif dans le choix de la place, privilégier les centres-villes et les box fermés. Côtés fiscalité et charges, ce n’est pas la joie : taxe foncière, impôt sur le revenu et frais de notaire lors de l’achat.

Arnaque au Forex

Avec la multiplication des plateformes de trading en ligne, les escrocs ont flairé le bon filon : arnaques aux options binaires, au Forex, au Plan B etc. La plus connue est probablement l’arnaque au Forex.

Mode opératoire : vous faire croire que vous allez devenir le nouveau Gordon Gekko

La technique est bien rodée. Les escrocs créent un faux site de trading en ligne proposant différents investissements. Ils vous promettent évidemment de gagner des cents et des milles en quelques clics. Intrigué, vous composez le numéro de téléphone indiqué pour obtenir plus d’informations. Au téléphone, votre interlocuteur vous propose rapidement de suivre une formation gratuite pour apprendre les ficelles de la Bourse.

Après avoir fait quelques investissements prometteurs, les pertes arrivent rapidement. Pour vous refaire, votre faux conseiller déniche pour vous le « tout nouveau » placement prometteur ou bien vous pousse à continuer à investir à coup d’offre bonus, de compte premium et autres privilèges. Quand le particulier s’aperçoit de l’entourloupe, il est trop tard, le numéro ne répond plus, le conseiller s’est envolé avec votre épargne.

Truc à savoir pour débusquer les fausses plateformes

Comme tout est dématérialisé, les escrocs donnent du fil à retordre aux autorités chargées de contrôler : à peine une plateforme illégale fermée, une autre est créée. C’est donc à vous, investisseurs, de faire preuve d’une grande vigilance.

  • Fuyez comme la peste les beaux discours commerciaux. Pas de rendement sans risque !
  • N’investissez que dans ce que vous comprenez, vous éviterez quelques déconvenues
  • Vérifiez l’agrémentation des plateformes de trading en ligne. Sachez que l’AMF met régulièrement à jour la liste noire des sites frauduleux.

Les régulateurs ne voient certes pas tout. Mais fréquemment, ils alertent sur des plateformes douteuses. Par exemple, le 27 mai 2016, l’AMF et l’ACPR ont épinglé 4 nouveaux sites qui proposent des investissements sur le forex sans y être autorisés:

  • www.fxsep.com
  • www.marketct.com
  • www.valtechfx.com
  • www.citybankcfd.com
logo

Conseil billet de banque

Vous avez vous-même été victime ou vous connaissez quelqu’un qui a été victime d’une arnaque du type ? Vous constatez qu’une arnaque ne figure pas dans notre classement alors qu’elle devrait franchement y être ? Dites le nous en laissant un commentaire dans la boîte juste en dessous !

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE