Publicité
Publicité
Arnaques au trading en ligne : les Français ont perdu 4,5 milliards...

Arnaques au trading en ligne : les Français ont perdu 4,5 milliards d’€ en 6 ans

0

« La promesse d’un gain facile est un leurre absolu ». Pour ancrer profondément le message dans les esprits des épargnants, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), l’Autorité de contrôle prudentiel (ACPR), la DGCCRF et le Parquet de Paris se sont rencontrés jeudi 31 mars 2016 lors d’une conférence de presse commune.

Piratage informatique
Piratage informatique

Pour l’occasion, les 4 instances ont fait état de la progression alarmante des multiples cas d’arnaques autour du Forex, des options binaires, des placements sur des biens atypiques mais aussi des crédits et des faux comptes d’épargne. Face à une fraude vertigineuse et un nombre croissant de victimes, elles en appellent à une série de mesures visant à mieux sensibiliser le grand public. Focus.

placements atypiques

A lire aussi

Méfiez-vous des placements atypiques

Lire la suite

Explosion des arnaques depuis 2010

D’abord, un constat alarmant. Depuis 2010, les chiffres de la fraude ne cessent de s’accroître :

  • En 2010, 4 sites non autorisés à exercer avait été répertoriés : en 2015, les listes noires de l’AMF et de l’ACPR en comptent 360
  • En 2010, l’AMF a reçu 64 réclamations : en 2015, 1656 plaintes lui sont parvenues
  • En 2011, l’AMF a eu à traiter 16 dossiers de médiation, contre 139 en 2011
  • En 2014, 4 % des demandes reçues par l’ACPR étaient des réclamations, celles-ci représentaient 12 % des demandes reçues en 2015
  • En 2015, 75 plaintes ont été traitées par la DGCCRF
  • En 2015, 44 % des nouvelles publicités sur les placements financiers sur internet font la promotion du trading en ligne très spéculatif
  • En 4 ans, les épargnants ont perdu 175 millions d’euros contre un gain de 13 millions contre un gain de 13 millions d’euros sur les plateformes de trading en ligne
  • En 6 ans, les épargnants ont perdu 4,5 milliards d’euros sur les sites illégaux de Forex/options binaires et escroquerie par faux ordre de virement

Quelles actions pour enrayer la fraude ?

Outre les actions communes qui s’appuient surtout sur la bonne transmission des plaintes, des signalements et de la collaboration dans le cadre d’enquêtes, les 4 instances se partagent le chantier pour lutter efficacement contre ce phénomène. Ainsi :

  • L’AMF se charge de communiquer un maximum sur les produits spéculatifs jugés dangereux et obtient au besoin la fermeture de sites distribuant ces produits
  • L’ACPR se concentre notamment sur les sites illégaux de crédits aux particuliers pour obtenir leur fermeture
  • La DGCCRF s’attache quant à elle à lutter contre l’ambiguïté des informations délivrées sur le trading en ligne et sur les placements atypiques

Le projet de loi Sapin II présenté le mercredi 30 mars prévoit d’interdire les publicités pour les sites de trading en ligne.

Quelques conseils aux particuliers pour éviter les arnaques en ligne

Lors de la conférence, les 4 institutions ont rappelé quelques précautions à prendre pour ne pas se faire avoir sur ce genre de plateformes :

  • Les promesses irréalistes de rendement sont très souvent l’œuvre de sociétés aux pratiques douteuses, voire illégales. Il faut donc toujours se méfier des offres trop alléchantes pour être vraies.
  • Les usurpations d’identité de l’ACPR, de la Commission des sanctions et de la Banque de France sont de plus en plus nombreuses : des emails imitant les logos et les accréditations de ces institutions circulent pour inciter les épargnants à « recouvrer des pertes subies sur des sites de trading ou à rapatrier des sommes soi-disant séquestrées dans un pays tiers. » La prudence est donc de mise sachant qu’il est possible de consulter les listes noires de l’AMF et de l’ACPR pour vérifier que le site a bel et bien reçu un agrément.
  • Les demandes de versement des fonds préalables dans le cadre de propositions de crédit doivent mettre la puce à l’oreille : à fuir absolument !
Focus sur l’arnaque au forex

A lire aussi

Arnaques aux crédits en ligne : méfiez-vous !

Lire la suite

 

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE