Publicité

Publicité
Crowdfunding immobilier : Lendopolis veut sa part du gâteau

Crowdfunding immobilier : Lendopolis veut sa part du gâteau

1

Un ticket d’entrée relativement faible, des démarches simplifiées et la promesse de rendements alléchants… A l’heure où la rentabilité des livrets d’épargne et des produits d’assurance-vie s’effrite à vue d’œil, le crowdfunding immobilier ne manque pas d’atouts pour convaincre les Français. Bilan, cet investissement d’un genre nouveau ne cesse de gagner du terrain depuis sa création en 2014. De quoi éveiller les appétits des acteurs du crowdfunding, et notamment ceux de la plateforme de financement participatif française Lendopolis.

Crowdfunding succès et échecs

Lendopolis ajoute une 3ème corde à son arc

Si vous n’avez jamais entendu parler de Lendopolis, il s’agit d’une plateforme de crowdfunding rachetée par La Banque Postale en même temps que KissKissBankBank, son ancien actionnaire majoritaire.

Originellement, la jeune pousse se spécialisait dans le financement des TPE et PME, offrant depuis 2014 des prêts allant de 10 000€à 1 millions d’€ pour accompagner les besoins en financement des entreprises. Lendopolis avait ensuite pris le parti d’élargir son offre pour y incorporer des projets liés à l’énergie renouvelable. Elle poursuit aujourd’hui sa stratégie de diversification et s’apprête à faire ses premiers pas dans le crowdfunding immobilier.

Crowdfunding succès et échecsA lire aussi

Crowdfunding : les succès et les échecs

Lire la suite

Une activité en repli

Malgré ces efforts pour enrichir son offre de projets, Lendopolis se place loin derrière les 4 poids-lourds du financement participatif que sont Lendix,  Credit.fr,  Lendosphère et Unilend en termes de montants prêtés.

Découvrir l'offre de Credit.fr

A ce jour, plus de 175 projets ont été financés par l’intermédiaire de Lendopolis pour une valeur dépassant les 13 millions d’€. A titre de comparaison le leader du secteur, Lendix, totalise plus de 340 projets financés à hauteur de 127 millions d’€ !

Et l’écart entre les 2 plateformes risque de ne pas se réduire de sitôt ! Lendopolis a en effet prévu de réduire le nombre de projets proposés et de se montrer plus sélective. En cause, le taux de projets en défaut ou en retard de paiement, qui atteignait les 16% ! Les grilles d’analyse de la jeune pousse ont ainsi été revues en profondeur pour limiter ce type de scénario.

Lendopolis compte également sur son nouvel actionnaire majoritaire pour l’aider à redresser le tir. Des synergies avec La Banque Postale avaient ainsi été annoncées pour le mois de janvier 2018. La banque jaune et bleue souhaitait notamment proposer à ses clients TPE et PME des offres de financement participatif. Toutefois, il semble qu’il faudra patienter encore un peu avant que le service ne voie le jour.

Le crowdfunding immobilier atteint de nouveaux sommets

Le secteur du crowdfunding immobilier, quant à lui, se porte comme un charme ! Un baromètre réalisé au premier semestre 2017 par Fundimmo et Hellocrowdfunding, indiquait ainsi que pas moins de 36 millions d’euros ont été collectés pour le financement participatif de projets immobiliers. C’est près de 20 % de plus que sur la même période en 2016. Au total, 85 projets ont été financés via 22 plateformes durant les 6 premiers mois de l’année, contre 63 l’an passé !

Comment emprunter sur une plateforme de financement participatif ?

A lire aussi

Comment emprunter sur une plateforme de financement participatif ?

Lire la suite

Mais, si l’aventure vous tente, n’oubliez pas avant de vous lancer que derrière des rendements annoncés souvent très attractifs (de 7 à 12 % par an), les risques ne sont pas négligeables. Il est ainsi possible de perdre l’intégralité de votre mise car les placements ne sont pas garantis en cas de défaut de l’emprunteur. Souvenez-vous donc de ne dédier qu’une petite partie de votre patrimoine à ce type de plateforme, et de n’investir que dans les projets dont vous avez une bonne compréhension.

Enfin, n’oubliez pas non plus que les rendements promis sont donnés hors taxe ! Pour vous faire une meilleure idée de la rentabilité d’un projet, pensez donc bien à prendre le paramètre fiscal en compte.

Paul Atz

Publicité
Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE