Publicité

Publicité
Epargne : dis-moi où tu habites, je te dirai dans quoi tu...

Epargne : dis-moi où tu habites, je te dirai dans quoi tu investis !

0

Eh oui, selon l’endroit où l’on vit, nous n’épargnons pas de la même façon. Les franciliens seraient par exemple davantage intéressés par l’assurance-vie. A l’inverse, les habitants des communes rurales, semi-rurales et des villes de Province préfèreraient la pierre. D’où viennent ces différences ? Explications.

Epargne
Epargne

L’assurance-vie : une affaire parisienne

En fonction de leur lieu d’habitation, les Français ne placent pas leur argent sur les mêmes produits. C’est du moins ce que montre une récente étude du Cercle de l’Epargne baptisée « Les Français, l’épargne et la retraite »*.

En effet, 67 % des sondés résidant dans l’agglomération parisienne se disent intéressés par l’assurance-vie, contre seulement 58 % des citadins de Province et 56 % des habitants des communes rurales et semi-rurales.

A l’inverse, ces derniers optent plus volontiers pour un achat immobilier, dans le but de le louer. Résultat, 68 % des ruraux et des habitants des villes de Province préfèrent investir dans la pierre, contre 64 % des Franciliens.

Comment expliquer cette différence ?

Il faut dire qu’en région parisienne, le niveau des prix de l’immobilier est tel qu’il doit en dissuader plus d’un de devenir propriétaire…

D’autre part, l’assurance-vie séduit principalement les professions intermédiaires, les retraités (63 %), les professions libérales et les cadres supérieurs (55 %), constate le Cercle de l’Epargne. A l’inverse, seuls 51 % des artisans et des commerçants se montrent intéressés par ce placement.

Or l’Ile de France attire justement davantage les « diplômés, cadres et cadres supérieurs, mais également des retraités relativement aisés ». Il parait donc logique que l’assurance-vie y soit plus implantée.

Qu’importe l’origine du sondé, l’assurance-vie est l’un des placements financiers qui séduit le plus ! Il faut dire que ce produit s’adapte au profil des épargnants. Il est de plus très fréquemment mis en avant par les conseillers bancaires. D’après l’Autorité des marchés financiers – qui réalise fréquemment des visites mystères dans les banques –  ce placement serait proposé dans 95 % des cas aux jeunes actifs.

Les Franciliens globalement plus intéressés par les produits financiers

On l’a vu, les résidents en région parisienne adhèrent à l’assurance-vie. Mais ce constat est plus général… Ces personnes se disant globalement plus intéressés que les autres Français par les produits financiers.

Ainsi, 44 % des habitants d’Ile de France sont sensibilisés aux actions, contre seulement 36 % des habitants des villes de Province. Même conclusion concernant les SICAV : 29 % d’intéressés pour l’agglomération parisienne, contre 19 % pour les communes urbaines de Province.

Là encore, le niveau de vie relativement plus élevé dans l’agglomération parisienne explique logiquement cet engouement.

Et vous, où va votre préférence ? Vous êtes plutôt maisons ou actifs financiers ?

Marie-Eve F

*Sondage réalisé par l’Ifop sur Internet entre le 7 et le 10 février 2017 auprès d’un échantillon de 1 001 personnes âgées de 18 et plus, et représentatif de la population française.  

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE