Publicité

Publicité
Les placements atypiques

Les placements atypiques

0

Les placements atypiques

Savez-vous qu’il est possible d’investir votre épargne dans des biens divers, comme les œuvres d’art ou le vin ? Des conseillers financiers proposent des supports d’investissement originaux qui permettent de diversifier votre patrimoine, mais l’AMF recommande de considérer ces options avec prudence. Inventaire des placements atypiques.

Quels sont les placements atypiques pour votre épargne ?

Devant la baisse des taux d’intérêt de certains produits d’épargne, des conseillers en investissement financier (CIF) proposent des placements atypiques dans des secteurs d’activité originaux.

Ils permettent de diversifier votre patrimoine en achetant des matières premières, du vin, ou encore des œuvres d’art, mais soyez vigilants car ces supports ne bénéficient pas du recul des supports d’investissement plus connus, ni de la réglementation financière.

placements atypiques

A lire aussi

Méfiez-vous des placements atypiques

Lire la suite

L’appel à la vigilance de l’AMF sur les placements atypiques

Devant le développement de placements échappant à la régulation des instruments financiers, l’Autorité des marchés financiers (AMF) émet un appel à la vigilance sur ce type de produit, notamment :

L’AMF rappelle « qu’il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé », d’autant plus dans des secteurs où les offres sont émises par des acteurs non régulés.

Placer son épargne dans l’or

Depuis le 1er janvier 2000, une directive européenne encadre « l’or d’investissement », composé de pièces et de lingots authentifiés selon des critères de pureté, de poids, d’année de fabrication et d’état de conservation.

Comment vérifier la légalité des produits d'épargne ?

A lire aussi

Comment vérifier la légalité des produits d’épargne ?

Lire la suite

Les pays membres de l‘Union européenne (UE) réactualisent annuellement la liste des pièces considérées comme de l’or d’investissement. Celles qui ne rentrent pas dans ce cadre sont considérées comme :

  • Des biens de collection
  • De l’or industriel

C’est le cours de Londres (London Bullion Market) qui sert de référence mondiale pour fixer le prix du gramme d’or. En cas de vente, vous avez le choix entre une taxe fiscale forfaitaire de 8 % du prix de vente, ou le régime des plus-values sur les biens meubles.

Il est possible d’être exonéré de la plus-value sur l’or d’investissement au bout de 12 ans de détention.

D’autres options permettent d’investir dans l’or sans pour autant posséder des lingots :

Investir dans l’art

L’achat d’œuvres artistiques nécessite une connaissance du marché de l’art et la prise en compte des questions d’authenticité. Les lieux de vente sont :

  • Les salles des ventes, dans le cadre d’enchères publiques
  • Les marchands d’art, qui exercent leur activité de gré à gré
  • Les courtiers, avec une commission sur le prix de la vente

L’investissement dans les monuments historiques

A lire aussi

L’investissement dans les monuments historiques

Lire la suite

En cas de vente d’un objet d’art d’une valeur supérieure à 5 000 €, il existe deux options fiscales :

  • Une taxe forfaitaire de 5 % du prix de vente
  • Le régime des plus-values sur les biens meubles

La vente d’art est fiscalement avantageuse pour les ménages à haut revenu car elle échappe au champ d’application de l’ISF.

Acquérir des lettres ou des manuscrits

Les lettres et les manuscrits sont considérés comme des biens de collection, ou comme des antiquités s’ils ont plus de 100 ans. D’après l’article 885 I du code général des impôts, ils ne sont pas inclus dans le calcul de l’ISF.

L’absence de cote officielle implique la plus grande prudence sur ce type d’acquisition, et l’importance d’une expertise fiable. Ce n’est pas un placement garanti, pensez à souscrire une assurance couvrant les risques de vol ou de dégradation.

La fiscalité des lettres et des manuscrits est comparable à celle des œuvres d’art.

Investir dans le vin

Vous pouvez réaliser des plus-values intéressantes selon l’origine du vin acheté, ses qualités viticoles, son millésime et son état de conservation. Les lieux de vente sont :

  • Les négociants et les cavistes
  • Les foires au vin
  • Les ventes aux enchères, au prix d’une commission de 20 %

Les supports d’investissement dérivés sont :

  • L’achat de parts dans un groupement foncier viticole (GFV), imposé au titre des revenus fonciers ou après déduction des frais réels avec des règles spécifiques à l’ISF
  • L’investissement en FCP placés sur des grands crus sélectionnés et négociés auprès d’une plate-forme de référence
  • L’investissement dans un domaine viticole, montage financier qui nécessite une trésorerie solide et un investissement humain conséquent

Placer sur une forêt

C’est un placement sur le long terme, qui génère peu de revenus mais permet de diversifier vos investissements en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse. Les options d’acquisition sont :

  • Des parts dans un groupement forestier, composé d’une assemblée générale propriétaire d’une forêt privée
  • Des parts dans une société d’épargne forestière, composée de 60 % d’actifs placés dans des forêts ou des groupements forestiers et 40 % d’actifs financiers.

Le placement forestier permet de réduire partiellement l’ISF et de bénéficier de déductions fiscales dans le cadre de la part régionale et départementale de taxe foncière sur les propriétés non bâties.

Des exonérations partielles s’appliquent dans certaines conditions, par exemple lors d’un plan de gestion durable ou quand des travaux sont engagés.

Financer le cinéma

Les Sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel (SOFICA) permettent de collecter des fonds privés réinvestis dans la production de films, en contrepartie d’un retour sur les droits d’exploitation.

L’investissement en SOFICA

A lire aussi

L’investissement en SOFICA

Lire la suite

Les agréments SOFICA sont délivrés annuellement par le Centre national du cinéma (CNC), la Direction générale des finances publiques et l’AMF.

Ce type d’investissement bénéficie d’une fiscalité avantageuse, néanmoins conditionnée à une durée minimale de détention et un plafonnement.

Prendre des parts sociales dans une banque mutualiste

Il s’agit de détenir une part du capital de la banque, d’en devenir sociétaire et de percevoir des dividendes annuels sur l’exercice de l’année écoulée au 31 décembre.

Les parts sociales n’existent que dans les réseaux mutualistes comme le Crédit Mutuel, le Crédit Agricole ou les Caisses d’Épargne.

La valeur d’une part varie selon les banques mais elle est en moyenne de 20 €, avec généralement un plafond de souscription.

La fiscalité qui s’applique aux dividendes des parts sociales est similaire à des actions.

Certaines caisses imposent des procédures de vente contraignantes et les délais de remboursement peuvent parfois s’étendre jusqu’à 5 ans.

Spéculer sur le Forex

Le Forex (Foreign Exchange) est le marché des changes sur lequel les devises sont échangées de gré à gré, à des taux très variables. Investir sur le Forex implique un haut degré de risque. L’effet de levier permet de réaliser des profits importants, mais peut également générer des pertes très lourdes.

Focus sur l’arnaque au forex

A lire aussi

Focus sur l’arnaque au Forex

Lire la suite

De plus, certains acteurs ne sont pas reconnus par l’AMF, qui recommande la plus grande prudence sur ce type de placement en dénonçant un volume conséquent d’arnaques en ligne.

Certains instruments sont particulièrement spéculatifs :

  • Les « contract for difference » (CFD)
  • Les options binaires 
  • Les opérations de change à report tacite (« rolling spot forex »).

Dans une étude réalisée en octobre 2014 sur 15 000 investisseurs, l’AMF estime que 90 % d’entre eux ont perdu de l’argent sur le Forex, à hauteur de 10 900 € par personne en moyenne.

logo

Conseil billet de banque

Avant d’investir sur le Forex, vérifiez que votre intermédiaire est identifié sur Regafi, le registre des agents financiers agréés par la Banque de France.

Arnaque au Forex

A lire aussi

Arnaques au trading en ligne : les Français ont perdu 4,5 milliards d’€ en 6 ans

Lire la suite

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE