Assurance vie : pourquoi des taux de rendement inégaux ? - billet de banque
Publicité

Publicité
Assurance vie : pourquoi des taux de rendement inégaux ?

Assurance vie : pourquoi des taux de rendement inégaux ?

0

Les rendements des contrats d’assurance vie de l’année 2017 tombent les uns après les autres. Même si tous les assureurs n’ont pas encore communiqué leurs chiffres, la tendance est clairement à la baisse… Comme en 2016 ou 2015. Mais alors comment certains contrats sont capables d’offrir aux assurés des rendements plus élevés que la moyenne et pourquoi tant de disparités ? Explications.

Rendement assurance-vie

Le rendement moyen devrait s’établir à 1,48 % pour l’année 2017. Moins 30 à moins 40 centimes par rapport à l’année dernière, selon le site Good Value for Money, prescripteur de contrats d’assurance-vie (même si les assureurs n’ont pas encore tous communiqué les taux de rendement de leurs différents contrats). Pourtant, certains contrats ont offert à leurs assurés des rendements bien supérieurs. Comment ? Pourquoi ? Voici quelques éléments de réponse…

Les associations d’épargnants, comme l’Afer, ou les assureurs mutualistes semblent moins touchés par cette baisse de rendements. En effet, ils serviront sur leurs fonds euros des rendements supérieurs à la moyenne du marché.

Une meilleure gestion comme clé du succès ?

L’Afer, la principale association d’épargnants française, a annoncé un taux de 2,40 % pour son fonds général, soit une baisse de 25 points de base par rapport au taux servi au titre de 2016.

Contrat d'assurance vie l'acceptation du bénéficiaire

A lire aussi

Assurance vie : les taux de rendement 2017

Lire la suite

Mais elle n’est pas la seule : 2,65 % pour Gaipare ; 2,50 % pour la MIF ; 2,10 % pour la GMF ; 2,05 % pour la Maif et de 2,70 % à 2,80 % pour Monceau Assurances.
« La qualité de gestion de notre partenaire (Allianz) explique ces résultats », souligne Jean Berthon, le président de Gaipare, dans un article des Echos.

Les associations d’épargnants défendent ardemment les intérêts de leurs adhérents. L’Afer est d’ailleurs réputée pour être très exigeante vis-à-vis de l’assureur historique de son contrat, Aviva France.

Renforcement de leurs réserves

En tout cas, quels que soient les rendements, les assureurs n’oublient pas de communiquer sur leurs réserves qui continuent de gonfler. La provision pour participation aux bénéfices atteint aujourd’hui des niveaux très élevés chez certains : plus de 5 % des encours chez MMA Vie, plus de 6 % chez GMF Vie ou 5 % des encours en euros chez Sogécap.

Les performances des contrats sont liées à celles des taux d’intérêt. L’essentiel de l’actif des contrats est en effet composé d’emprunt d’Etat. Les assureurs sont contraints d’investir la grande majorité des actifs sur des valeurs sûres et liquides et doivent en effet pouvoir faire face à tout moment à une demande de rachat.

Sondage Ipsos/Assurancevie.com

A lire aussi

Assurance vie : la baisse des rendements ne fait pas fuir les Français

Lire la suite

C’est vrai, les assureurs disposent aussi de stocks d’obligations anciennes assorties de taux plus élevés. Mais quand elles arrivent à échéances, elles sont remplacées par de nouveaux titres beaucoup moins rémunérateurs.

L’assurance vie, toujours dans le vent ?

Le secteur de l’assurance-vie est solide et surveillé. Et ses rendements sont toujours supérieurs à ceux plafonnés du Livret A ou du LDD…
Le fonds en euros est un placement rentable, même une fois les prélèvements sociaux et l’inflation déduits. Plusieurs avantages fiscaux et successoraux sont toujours d’actualité et la durée du placement est plus flexible grâce à la généralisation de la taxe à 30%.

 

lupa Pour choisir une assurance vie adaptée à vos moyens et vos besoins, venez comparer sur Panorabanques.com les différents contrats ! Je compare

Pour rappel, un retrait avant les 4 premières années était imposé à 50,5% auparavant. Enfin, contrairement à l’ISF, le montant du rachat ne sera pas déclaré dans l’IFI.

 

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE