Publicité
Publicité
6 Français sur 10 sont encore en dépassement de découvert au moins...

6 Français sur 10 sont encore en dépassement de découvert au moins 1 fois par an en 2019

0

Les Français abonnés au découvert bancaire
Les Français abonnés au découvert bancaire

Selon l’étude exclusive du comparateur Panorabanques sur le découvert bancaire, près de 2/3 des Français souhaitent disposer d’un découvert autorisé. Mais uniquement 43% des Français ne dépassent jamais leur limite autorisée. En cas de dépassement, les frais sont toujours très élevés. Panorabanques constate que les Français sont moins dans le rouge vif que les années précédentes : ils semblent mieux gérer leur budget.

 

L’autorisation de découvert est toujours un service plébiscité par les Français

62% des Français souhaitent disposer d’une autorisation de découvert. Les clients les plus demandeurs sont logiquement ceux qui sont le plus « dans le rouge vif » :

  • 89% des Français en dépassement de leur limite tous les mois souhaitent disposer d’une autorisation de découvert
  • 36% des personnes qui ne sont jamais en dépassement de découvert souhaitent une autorisation de découvert

 

Près de 6 Français sur 10 sont en découvert non autorisé au moins 1 fois par an

En 2019, 57% des Français sont en dépassement de leur limite autorisée au moins 1 fois par an.

  • Plus d’un Français sur 5 (21%) est en dépassement de sa limite 1 fois par mois
  • 19% sont en dépassement 1 fois par trimestre
  • 17% sont en dépassement 1 fois par an

 

Dépassement de découvert
 1 fois par mois 21%
 1 fois par trimestre 19%
 1 fois par an 17%
 Jamais 43%


Tous les Français sont impactés par le dépassement de découvert
, quels que soit leurs revenus :

  • 21% des Français sont en dépassement de leur limite 1 fois par mois
    • 23% pour les Français gagnant moins de 1 500€ par mois
    • 13% pour ceux gagnants plus de 3 000€ par mois
  • Même les revenus les plus aisés n’échappent pas au découvert. Près de la moitié (47%) d’entre eux sont en dépassement de leur limite au moins 1 fois par an (versus 57% pour l’ensemble des Français)

 

Les femmes utilisent plus le découvert que les hommes :

  • Elles sont 66% à souhaiter une autorisation de découvert (contre 58% pour les hommes et 62 % pour l’ensemble des Français)
  • Elles franchissent également plus souvent la limite autorisée : 24% sont en dépassement tous les mois (contre 18% pour les hommes et 21% pour l’ensemble des Français)

 

Le découvert bancaire coûte cher

 L’utilisation du découvert autorisé entraîne des frais de 20 à 30€ par an :

  • Frais de mise en place ou frais de dossier annuels (facturés qu’on utilise ou non le découvert). Disposer d’une autorisation de découvert coûte en moyenne 7€/an aux Français.
  • Frais d’utilisation du découvert autorisé (agios du découvert autorisé). Le taux nominal annuel du découvert autorisé varie entre 7% (BforBank, Boursorama Banque, et Fortuneo) à plus de 15% (BNP Paribas et La Banque Postale par exemple).

Exemple d’agios pour l’utilisation d’un découvert autorisé 500€ sur 10 jours par mois à 12% : 500€ x 10 jours x 12 mois x 12% d’agios / 365 jours = 19,70€

 

C’est le découvert non autorisé qui vient alourdir considérablement la facture à plus de 70€ par an.

Ce coût comprend :

  • Les commissions d’intervention: plafonnées à 8€ par commission et 80€ par mois depuis 2014. Ce sont surtout elles qui font grimper la facture.

En 2019, 11 banques sont en deçà de ce plafond. Par exemple, La Banque Postale (6,90€), le Crédit Mutuel Maine-Anjou Basse-Normandie (7,65€) ou la plupart des banques en ligne.

  • Les « lettres d’information pour compte débiteur non autorisé ». Cette lettre est gratuite dans 24% des banques et son coût est en moyenne de 10€.
  • Les agios du découvert non autorisé. Le taux nominal annuel du découvert non autorisé varie entre 16% et le taux d’usure (environ 21%). Mais ces taux s’appliquent souvent sur des périodes courtes.

A noter : de grands écarts selon la fréquence du dépassement de découvert. On peut aller jusqu’à plusieurs centaines d’euros par an pour ceux qui sont en dépassement tous les mois.

Les incidents de paiement (rejets de prélèvements, non exécution de virement permanent, chèque rejeté pour défaut de provision…) aggravent encore la situation des personnes touchées par ces incidents.

L’année dernière, les banques se sont engagées à plafonner les frais d’incidents pour les populations financièrement fragiles :

  • Un plafond à 25€ par mois de frais d’incidents bancaires pour les clients en situation de fragilité financière
  • Un plafond à 20€ par mois et 200€ par an de frais d’incidents pour les clients détenteurs de l’offre bancaire spécifique

Quelques banques se distinguent :

  • Sur le plafond de 25€ : Boursorama Banque l’a abaissé à 15€ par mois pour ses clients en fragilité financière.
  • Sur le plafond de 20€ :
    • le Crédit Mutuel Arkea ne facturera pas de frais d’incidents pour les clients de l’offre Budg’équilibr
    • Boursorama Banque a établit le plafond à 15€
    • Les Caisses d’Epargne Ile de France et Banques Populaires Rives de Paris par exemple, ont établi ce plafond à 16,50€ par mois

 

Les Français gèrent mieux leur trésorerie

Sur les 6 dernières années, on peut voir une baisse de la fréquence du dépassement de découvert autorisé :

  • 21% des Français sont en dépassement tous les mois en 2019. Ils étaient 24% en 2018 et 28% en 2014
  • 43% des Français ne sont jamais en dépassement de leur limite. Ils n’étaient que 40% en 2018, et 35% en 2014

Les personnes en dépassement de découvert demandent plus d’accompagnement dans la gestion de leur budget :

  • 52% des personnes en dépassement tous les mois souhaitent disposer d’un conseiller personnel dédié. Alors que 34% seulement des personnes jamais en dépassement en souhaitent un.
  • 38% des personnes en dépassement tous les mois souhaitent des alertes SMS les informant de la situation de leur compte. Ils se sont que 20% parmi les personnes n’étant jamais en dépassement de découvert.

Panorabanques explique cette baisse par 3 raisons :

  • Les banques elles-mêmes ou les aggrégateurs de compte développent des outils pour mieux suivre son budget. Des alertes paramétrables, des outils de gestion de budget avec catégorisation des dépenses et estimation du « reste à vivre » sur la fin du mois, le solde du compte en temps réel, l’épargne à l’arrondi…
  • Les nouvelles offres des banques et néobanques proposent des cartes à autorisation systématique interrogeant l’état du compte en temps réel (et refusant le paiement s’il n’y a pas assez d’argent sur le compte). Nous avons par exemple Boursorama Welcome, ING Offre Essentielle, l’offre EKO du Crédit Agricole, My French Bank, N26 …
  • De nouveaux modes de consommation s’installent et permettent de faire des économies (achat de biens d’occasion de tous types, location de voiture de particulier à particulier, co-voiturage, ventes privées, achats groupés…)

 

Verbatim de Laure Prenat

« Tout le monde est concerné par le découvert bancaire, c’est un service qui est largement demandé et utilisé par les Français. Mais il coûte cher et doit rester exceptionnel. Les frais liés au dépassement de découvert autorisé représentent toujours environ un tiers de la facture des frais bancaires.

Nous avons l’impression que les Français arrivent de mieux en mieux à gérer leur budget. Grâce aux outils permettant de gérer leur compte à distance et aux offres ne permettant pas le découvert, ou grâce à des économies réalisées par ailleurs. Les Français deviennent des adeptes de la revente d’objets devenus inutiles, de l’achat de seconde main, des ventes privées ou achats groupés, qui font faire des économies et aident à la meilleure tenue du budget !

Pour limiter les coûts liés au dépassement de découvert autorisé, n’hésitez pas à établir un dialogue avec votre banque. Si vous n’avez pas encore de découvert autorisé, demandez-en un. Si vous en avez déjà un, demandez à en augmenter la limite. Pensez aussi à comparer votre banque avec les autres car, d’un établissement à l’autre, le coût du découvert varie parfois du simple au double. Changer de banque peut vous aider à réduire la facture. »

 


Méthode :

L’étude 2019 a été réalisée à partir des données collectées sur le site Panorabanques.com entre les mois de mai 2018 et août 2019 et a été réalisée sur la base de plus de 51 000 personnes. L’échantillon a été redressé grâce aux données de l’Insee (tranches d’âge et catégories socioprofessionnelles) pour être représentatif de la population française de 18 à 65 ans.

Les moins de 18 ans et les 66 ans et plus, en nombre insuffisant pour garantir une représentativité nationale, ont été exclus de l’étude.


 

A propos de Panorabanques          

Leader de la comparaison de banques sur internet, Panorabanques est un service gratuit d’information et de comparaison des offres bancaires. Panorabanques s’adresse aux particuliers qui veulent bien choisir leur banque. Ils y trouvent une information claire et actualisée sur 170 banques, sur 196 lignes tarifaires et plus de 20 services. Panorabanques compare également les produits d’épargne et de crédit.

 

Profil de Laure Prenat

Laure Prenat est Directrice Générale de Panorabanques depuis fin 2017. Elle évolue dans le secteur digital et plus particulièrement dans l’univers Banque/Assurance depuis 13 ans. En 2006 elle commence sa carrière chez ING en tant que Manager d’un Centre de Relation Client puis de l’équipe Business Intelligence. En 2009, elle est en charge de la stratégie marketing et du lancement du compte-courant. En 2011, elle découvre l’univers immobilier chez MeilleursAgents en tant que Directrice Marketing et Partenariats. En 2015, elle rejoint l’équipe transformation digitale de Groupama et lance un nouveau produit connecté pour les seniors : Noé. Laure Prenat est diplômée de Polytechnique et HEC.

 

Contacts presse :  presse@panorabanques.com

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE