Publicité
Publicité
Dur, dur d’être faussaire de billets !

Dur, dur d’être faussaire de billets !

1

Les temps sont difficiles pour les faussaires… Depuis 3 ans, ceux-ci font face à une arme redoutable, la série Europe ! Ces supers billets sont dotés de signes spécifiques qui les rendent très difficilement copiables. Résultat la contrefaçon recule pour votre plus grand bonheur et celui des commerçants.

Billets de 500 €

La contrefaçon a chuté de 25 % au premier semestre

Entre janvier et juin 2016, 331 000 faux billets ont été retirés de la circulation en Europe, selon les données de la BCE. Vous trouvez ça beaucoup ? En fait ce n’est pas grand chose ! Ce chiffre est en effet en repli de 25 % par rapport au 2ème semestre 2015. Durant cette période, la BCE avait fait la chasse à 445 000 billets.

Ce nombre reste de plus très faible comparé au volume de billets en circulation : 18,5 milliards. Ça signifie que le taux de faux n’est que de 0,0018 %. Autrement dit, on peut utiliser et accepter sans crainte les billets.

Falsification de la monnaie

A lire aussi

Falsification de la monnaie : les risques

Lire la suite

Le billet de 50 € plus contrefait que les autres

Si le nombre de billets falsifiés est très faible, certains billets sont plus contrefaits que d’autres. C’est le cas des billets de 50 €, qui représentent près de 1 faux sur 2 (48,2 %). Viennent ensuite les billets de 20 € (31,6 %). A elles deux, ces coupures représentent donc 80 % des contrefaçons.

Rien d’étonnant à cela :

  • Ce sont les coupures les plus utilisées
  • Le nouveau billet de 20 € ne circule que depuis novembre dernier. Conséquence, il est en ce moment plus facile d’identifier les faux
  • La nouvelle coupure de 50 € ne sortira qu’en 2017. On peut imaginer que les faussaires se replient sur ce billet, qui reste pour le moment plus facilement copiable

Comment détecter les faux billets ?

Les faux billets représentent une perte sèche pour les commerçants. Donc, même si la fraude est en nette baisse, ils doivent rester vigilants. Pour vous consommateurs, avoir dans votre portefeuille un faux billet, c’est contraignant. Vous devez soit le remettre à votre banque, soit le remettre à la police et déposer plainte.

Peut-on échanger ses billets ?

A lire aussi

Peut-on échanger ses billets ?

Lire la suite

Pour vous éviter cela, voici les bonnes pratiques à adopter pour reconnaître le vrai du faux 😉 Les spécialistes appellent cette méthode le TRI pour :

  • « Toucher » le billet

Celui-ci doit être « ferme et craquant », selon les termes de Christophe Dolbeau, dirigeant d’une entreprise spécialisée dans le matériel pour détecter les faux-billets. Le papier présente aussi des reliefs notamment au niveau du motif principal. Les nouvelles coupures possèdent un relief de plus : des petites lignes imprimées sur les bordures au recto.

  • « Regarder » le billet

Par transparence, vous pourrez détecter dans la partie la plus blanche du billet une image en filigrane. Sur la nouvelle série, il s’agit du portrait de la déesse Europe.

  • « Incliner » le billet

Vous détecterez ainsi le nombre émeraude ! Il s’agit du nombre situé dans le coin inférieur gauche. En l’inclinant, il produit un effet lumineux.

Avec la nouvelle série Europe et ces 3 réflexes, les faussaires ont du souci à se faire !

Fin du billet de 500 €

A lire aussi

La BCE fait la peau au billet de 500 €

Lire la suite

Marie-Eve F

Publicité
Publicité