Publicité

Publicité
Arnaques et litiges : l’AMF met en garde les épargnants

Arnaques et litiges : l’AMF met en garde les épargnants

2

L’AMF recense de nombreuses plaintes relatives à l’épargne salariale, les options binaires, le trading sur le Forex et les placements atypiques comme le vin et les diamants. 

Régulièrement l’Autorité des marchés financiers – plus connue sous l’acronyme AMF – appelle les épargnants français à être vigilants dans leurs choix de placements. Dans son viseur principalement le marché du Forex et les options binaires. Mais pas que. Dans le dernier Rapport du médiateur 2016 de l’AMF – publié le 25 avril 2017 – l’autorité fait le point sur les sources de litiges et arnaques les plus fréquentes. En voici le top 3 !

Focus sur l’arnaque à l’assurance-vie
Arnaque

En 2016, le médiateur de l’AMF n’a pas chômé. Il a reçu 1 501 demandes d’épargnants (très) mécontents, contre 1 406 en 2015, soit une hausse de 7 %. Toutes ces plaintes n’entrant pas dans son champ de compétences, 896 dossiers ont été traités l’année dernière, contre 745 en 2015 (+20 %). Enfin, en 2016, le médiateur a rendu 534 avis, soit près de 50 % de plus qu’en 2015. 364 avis avaient alors été rendus.

Globalement, les litiges se ressemblent et concernent principalement trois produits d’épargne. Les voici :

1. L’épargne salariale : le déblocage des fonds et les frais abusifs pointés du doigt

En 2016, le médiateur a jugé recevables 186 plaintes d’épargnants, après 160 en 2015 et 93 en 2014. Bref en seulement deux ans, le nombre de dossiers admissibles – c’est à dire intégrant des preuves suffisantes pour enquêter – a été multiplié par 2.

Epargne salariale

A lire aussi

Epargne salariale : les autorités misent sur la pédagogie

Lire la suite

Principales sources de problèmes :

  • Des frais excessifs (17 % des dossiers)

Ici, l’AMF pointe notamment le manque d’information concernant les frais de tenue de compte. Ces derniers – environ 40 € par an – sont réglés par l’employeur tant que le salarié reste dans la boîte mais, lorsque celui-ci quitte l’entreprise, ils lui sont refacturés. Jusque là rien d’anormal, ces frais sont légaux. Problème, il arrive que les salariés ne soient pas informés de l’existence de ce prélèvement. Et ça c’est anormal, juge le médiateur, l’employeur devant avertir clairement ses salariés.

Toutefois, ce défaut d’information est devenu plus rare depuis août 2016 et l’entrée en vigueur de la loi Macron. Celle-ci oblige en effet les employeurs à rappeler, au départ du salarié, l’existence et le prélèvement des frais de tenue de compte.
  • Le déblocage anticipé des fonds présent dans 26 % des dossiers

L’AMF rappelle que, dans le cadre d’un plan d’épargne salariale, le changement d’employeur n’est pas un motif de déblocage des fonds, « pas plus que le chômage« . Résultat, il arrive que des salariés se voient facturer des frais de tenue de compte sans pour autant pouvoir récupérer leur épargne…

Pour rappel, il existe deux catégories de plans d’épargne salariale : le plan d’épargne entreprise (PEE) – votre argent est bloqué pendant au moins 5 ans et le plan d’épargne retraite collectif (Perco)- votre argent est bloqué jusqu’à votre départ en retraite. Il est toutefois possible de débloquer de façon anticipée ses fonds, par exemple en cas de divorce ou de mariage pour un PEE, en cas d’achat de sa résidence principale ou de décès de son conjoint pour le Perco.

2. Le Forex et les options binaires : attention aux arnaques !

Pour rappel, le Forex désigne le marché des monnaies. C’est là que s’échangent des dollars contre des euros, des euros contre des yuans etc. En misant sur le Forex, vous spéculez donc sur les taux de change des devises. Les options binaires vous permettent, elles, de parier sur le sens de variation du prix d’un actif financier. Ce produit est simple d’accès mais hautement risqué ! C’est du tout ou rien ! En plus, derrière certaines plateformes proposant des options binaires ou d’investir sur le Forex se cachent en fait des escroqueries.

Piratage informatique

A lire aussi

Arnaques au trading en ligne : les Français ont perdu 4,5 milliards d’€ en 6 ans

Lire la suite

Heureusement, en 2016, le nombre de plaintes en rapport avec le Forex et les options binaires est enfin en baisse. Toutefois, le médiateur rappelle qu’entre 2011 et et 2015 le nombre de personnes ayant perdu tout ou partie de leur épargne a été multiplié par 5.

Résultat en 2016 il y a eu :

  • -37 % de dossiers impliquant des sociétés ne disposant pas d’agrément pour proposer ces produits en France (56 dossiers en 2016)
  • -17 % de dossiers impliquant des sociétés agréées par un régulateur membre de l’Union européenne (116 dossiers en 2016)

Comme les années précédentes, les cas signalés à l’AMF se ressemblent. La plupart des épargnants ont été attirés par l’appât du gain. « Cette année encore, ces sociétés ont surfé sur la faiblesse des taux des placements conventionnels ou l’espoir d’un complément de revenus grâce au trading pour vanter des promesses de gains importants et rapides, tout en occultant les risques élevés qui y sont nécessairement associés« , note ainsi le médiateur. Et les pertes sont pourtant bien réelles. La moitié des dossiers portent sur un montant supérieur à 5 000 €, certains épargnants ayant perdu plus de 90 000 €.

logo

Conseil billet de banque

Donc comme à chaque fois, la prudence est de mise ! Dans le doute, ne confiez pas votre argent à ces plateformes.

3. Les terres rares, le vin et les diamants, nouvelles escroqueries ?

C’est du moins ce que croît le médiateur de l’AMF. En effet, pour l’autorité la baisse des litiges en rapport avec le Forex et les options binaires pourrait « cacher un déplacement de l’escroquerie vers de nouveau placements » ou placements atypiques : les terres rares, les diamants ou encore le vin. Les escrocs – vantant ces soi-disant valeurs refuges – attirent les épargnants déprimés par les rendements faibles des produits d’épargne classiques. Et cette stratégie a l’air de fonctionner. En 2015, l’AMF avait recensé 3 plaintes. En 2016, 22 ont été signalées.

Comment se passe cette escroquerie ? Concrètement, l’épargnant est incité à payer pour un bien qu’il ne verra jamais… Et si le bien existe et que le client parvient à l’obtenir, il s’aperçoit bien souvent que le prix d’achat était surévalué.

Problème, dans la plupart des cas, le médiateur de l’AMF ne peut intervenir. « Les adresses postales communiquées sont soit fausses, soit de simples boîtes aux lettres, les numéros de téléphone renvoient vers l’étranger et les sociétés sont immatriculées via des prête-noms« , explique-t-il. « L’espoir de revoir tout ou partie des fonds investis est alors faible […]. »

Arnaque

A lire aussi

Nouveaux placements : top 5 des arnaques

Lire la suite

Bilan, quel que soit le placement dans lequel vous investissez, il est primordial que vous vous renseigniez sur le produit, son fonctionnement et l’organisme qui le commercialise. Lisez attentivement les notices d’information. N’hésitez pas à poser des questions pour vérifier la fiabilité du produit et savoir si vous avez vraiment compris comment il fonctionne. Et en cas de doute, abstenez-vous !

Marie-Eve F

Publicité
Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour.Je me suis fait arnaquer en utilisant ma carte bancaire pour ouvrir un compte C-zam la personne qui a effectué
    cette opération a prélevé la somme de 100 Euros sans mon autorisation le 17/05/2017 à 2heures02.
    A qui m’adresser pour connaitre le coupable.Merci de vos informations.

LAISSER UNE RÉPONSE