Publicité

Publicité
Prêt immobilier et chômage

Prêt immobilier et chômage

0

Vous êtes au chômage et vous souhaitez contracter un prêt immobilier ? 9,2 %, c’est le taux de chômage au premier trimestre 2018 (source de l’Insee). Dans ce contexte, les banques ne sont pas toujours partantes pour vous aider à accéder à la propriété. Mais pas d’inquiétude, on vous donne toutes les informations pour que votre projet se passe bien !

Petit tour d’horizon sur le prêt immobilier et le chômage.

Faire ses cartons en cas de licenciement

Emprunter avec sa banque

Si vous empruntez tout seul

Même si vous êtes dans une situation de précarité, la banque peut vous accorder un crédit immobilier. Commencez donc par aller voir votre banque qui aura une vue d’ensemble de votre situation patrimoniale. Si celle-ci était bonne auparavant, elle sera plus à même de vous accorder un crédit.

Si vous êtes indemnisé par pôle Emploi vous pourrez souscrire une assurance emprunteur. C’est une très bonne nouvelle ! Vous devrez vous munir d’une attestation contenant la durée de votre indemnisation. Malheureusement, aucune souscription n’est possible si vous n’êtes pas indemnisé…

Si vous empruntez à deux

Si vous empruntez à deux et que votre co-emprunteur à un emploi, la banque vous ouvrira bien plus facilement les portes du crédit immobilier. Encore faut-il que cet emploi soit en CDI…

L’organisme de crédit vérifiera alors votre taux d’endettement, le reste à vivre, l’apport personnel dont vous disposez, mais également la façon dont vous gérez vos comptes (les 3 derniers relevés bancaires sont demandés).

L’assurance emprunteur est toujours fortement conseillé. Mais vous pouvez choisir d’opter pour une garantie sur-mesure. La couverture se fera à hauteur de vos revenus.

N’hésitez pas à faire appel à un courtier, expert dans le financement, qui pourra plus facilement vous aider à obtenir un crédit immobilier.
lupa Envie de vous lancer ? Comparez les crédits immobiliers sur Panorabanques pour obtenir les meilleurs taux ! Je compare

Emprunter entre particuliers

Depuis quelques années, plusieurs sociétés ont vu le jour et se sont spécialisées dans le prêt entre particuliers. Il est donc tout à fait possible d’emprunter. Mais, oui il y a un « Mais » ! Vous ne pourrez pas financer entièrement votre achat immobilier. Le montant maximum est de 50 000 euros. Il s’agit d’une question de sécurité, pour éviter des arnaques. On vous conseille donc de passer par une plateforme certifiée (Younited Crédit) ou un site réputé (Kiva, Babyloan, etc.).

Bien sûr, un dossier bien préparé vous aidera à mettre toutes les chances de votre côté. Deuxième conseil, prenez une assurance emprunteur.

On vous demandera généralement encore plus de pièces justificatives que votre banque.

Aides et chômage

Lorsque vous êtes au chômage, vous pouvez vous tourner vers certaines aides qui pourront vous aider dans le financement de votre achat immobilier.

Prêt d’accession sociale (PAS)

Si vous touchez les APL vous pouvez accéder au prêt d’accession sociale. Ce prêt vous permet de financer exclusivement la construction ou l’achat d’une résidence principale. Attention, vous ne serez concerné que si vous avez un revenu modeste. Vous devez également être de nationalité française ou posséder une carte de séjour.

Prêt à taux zéro +

Ce prêt est un prêt aidé par l’État dont le taux est à 0%. Vous pouvez y accéder si vous n’êtes pas propriétaire de votre résidence principale depuis 2 ans.

Vous ne pourrez pas financer entièrement votre logement via ce prêt à taux zéro.

CAF

Si vous n’avez reçu que des refus pour votre crédit immobilier vous pouvez essayer d’aller voir la CAF. Elle ne vous proposera pas de prêt pour l’achat d’un logement, mais une aide pour améliorer votre logement en location : le prêt travaux à 1% d’intérêts. Ce prêt sert à financer la mise aux normes de l’électricité, l’isolation, etc., mais aussi tout ce qui permet de faire des économies d’énergie.

Vous avez déjà un prêt immobilier

Si vous venez de perdre votre emploi mais que vous avez une assurance emprunteur, celle-ci prendra en charge le remboursement de vos mensualités (partiellement ou totalement). Mais cette prise en charge peut prendre du temps car elle applique généralement un délai de carence (entre 6 et 12 mois).

Rachat de crédit et chômage

À lire aussi

Rachat de crédit et chômage

Lire la suite

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE