Publicité

Publicité
Frais de gestion en assurance-vie : combien ça coute ?

Frais de gestion en assurance-vie : combien ça coute ?

0

Vous n’êtes pas sans savoir que les taux d’intérêt ont baissé en 2016. Pour les emprunteurs, c’est une aubaine ! Pour les épargnants, c’est une triste nouvelle. L’assurance-vie – le placement chouchou des Français – n’est pas épargnée. Pour limiter la casse, les épargnants doivent redoubler de vigilance. Vigilance sur la performance des fonds choisis. Et, vigilance sur les frais prélevés. Frais sur versement, frais d’arbitrage et frais de gestion, tous peuvent rogner la rentabilité de votre contrat.  Après s’être penché sur les frais sur versement, on se penche maintenant sur les frais de gestion. Et, le moins que l’on puisse dire, c’est que tous les contrats ne se valent pas. Alors avant de penser à négocier les frais de gestion, commençons par les passer en revue ! Vous êtes prêt ? On démarre.

Assurance vie
Assurance vie

Frais de gestion, de quoi parle-t-on ?

Si vous êtes titulaire d’une assurance-vie, vous devez déjà avoir entendu parler des frais de gestion. Peut-être sans vraiment savoir de quoi il s’agissait. Eh bien, ces frais servent à rémunérer l’assureur pour le suivi des supports d’investissement. Ils sont exprimés en pourcentage et prélevés chaque année pendant toute la durée du contrat.

L’assureur prélève des frais de gestion aussi bien sur les fonds euros que sur les unités de compte. Mais on observe que pour les supports en unité de compte, les frais de gestion sont souvent plus élevés que pour les fonds euros.

Chaque année, les assureurs rendent publics les rendements des fonds euros. Ces performances sont annoncées nettes de frais de gestion. Vous n’avez ainsi pas besoin de déduire ces frais pour connaître la performance brute de votre contrat.

Des frais de gestion qui varient selon les contrats

Données valables à janvier 2017 issues du comparateur d’assurances-vie Panorabanques.com.

Comme annoncé ci-dessus, les frais de gestion des fonds euros sont en général moins chers que ceux des unités de compte. D’après notre sélection, comptez en moyenne 0,66 % pour les fonds euros contre 0,75 % pour les unités de compte.

Les frais de gestion énoncés sont ceux prélevés en cas de gestion libre. Si vous optez pour une gestion sous mandat, les frais de gestion pour les unités de compte seront en général plus onéreux. En fait l’assureur prélève un pourcentage de frais de gestion additionnel. Par exemple, pour bénéficier d’une gestion sous mandat, les détenteurs du contrat ING Direct Vie doivent payer 0,85 % + 0,10 %, soit 0,95 % de frais de gestion par an, sur les supports en unités de compte.

Billets gagnants : les contrats web comme Digital Vie et LinXea Avenir

Ces deux contrats allient faibles frais de gestion (0,60% pour le fonds euros et les unités de compte) et rendement du fonds euros élevé (3,60 % nets de frais de gestion en 2015). De quoi gonfler la rentabilité de Digital Vie et LinXea Avenir.

D’autres contrats 100 % web tirent également leur épingle du jeu comme We Save Patrimoine, Yomoni Vie et Fortuneo Vie. Vous l’avez compris, pour faire des économies sur vos frais de gestion, il est en général plus astucieux de se diriger vers un contrat en ligne.

Pour ceux qui redoutent la dématérialisation et le tout numérique, sachez que les assurances-vie distribuées par les associations d’épargnants sont souvent raisonnables sur les frais de gestion. Voyez plutôt le contrat collectif Multisupport distribué par l’Afer : les frais de gestion y sont de 0,475 % et le rendement du fonds euros a atteint 3,05 % nets de frais de gestion en 2015. Et au titre de l’année 2016, son rendement reste très attractif malgré la baisse généralisée des taux : à 2,65 % contre vraisemblablement 2 % en moyenne. Pas mal !

Pourquoi ces frais si bas ? Tout simplement parce que les associations s’engagent en général à souscrire pour leurs adhérents des contrats collectifs auprès des compagnies d’assurance. Et comme les associations représentent plusieurs milliers de contrats en jeu, elles bénéficient d’un fort pouvoir de négociation. Ce constat est vrai pour l’Afer et ses 700 000 adhérents. Il l’est un peu moins pour les associations d’épargnants plus petites comme Gaipare (55 000 adhérents).

Association d’épargnants _ une amie (méconnue) qui vous veut du bien

A lire aussi

Association d’épargnants : une amie (méconnue) qui vous veut du bien

Lire la suite

Billets perdants : les contrats des banques traditionnelles

On vous déconseille de souscrire un contrat commercialisé par votre banque de détail, car ils sont en général voraces en frais et peu rémunérateurs. C’est le cas notamment de :

  • Vivaccio (La Banque Postale)
  • Nuance 3D (Caisse d’Epargne)
  • BNP Paribas Multiplacements 2 (BNP Paribas)
logo

Conseil billet de banque

Si êtes détenteur de l’un de ces contrats, essayez de négocier les frais de gestion. Qui ne tente rien n’a rien !

Le diagnostic billet de banque

Quand il s’agit de choisir son contrat d’assurance-vie, ne vous attachez pas uniquement aux rendements. Car ceux-ci oscillent dans le temps. A l’inverse, soyez très vigilant concernant les frais de gestion, de versement et autres. S’ils sont trop élevés, ceux-ci peuvent nuire sérieusement à la rentabilité de votre contrat.

Heureusement, les nouveaux acteurs de l’épargne – les banques en ligne et surtout les fintechs – sont bien décidés à casser le marché de l’assurance-vie. En rendant leur contrat low cost pour vous attirer. Et si ces acteurs prennent vraiment de l’essor, il est fort probable que ça incite les banques à abaisser elles aussi leurs frais de gestion.

Marie-Eve F

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE