Publicité

Publicité
Agrégateur de comptes : les banques s’y mettent

Agrégateur de comptes : les banques s’y mettent

0

Face à la menace des acteurs en ligne, les banques traditionnelles n’ont d’autres choix que de booster leur offre en dopant notamment leurs services de banque à distance. C’est la raison pour laquelle la Société Générale, HSBC, le groupe Banque Populaire Caisse d’Epargne (BPCE) ou encore le Crédit Agricole entendent lancer prochainement un agrégateur de comptes. Focus.

outils de gestion de budget, agrégateur de comptes

Face à la concurrence de plus en plus forte, les banques avec agences misent notamment sur le numérique pour retenir leurs clients. Un choix a priori judicieux. Selon la dernière étude de Yuseo, un cabinet qui réalise des études de comportement clients, que relaie lefigaro.fr, vous plébiscitez particulièrement les outils de banques à distance. Par exemple, pouvoir gérer ses comptes à distance est nécessaire pour 86 % des sondés.

souris sur billet

A lire aussi

Etes-vous prêt à vous passer des banques ?

Lire la suite

Le Crédit du Nord lancera son agrégateur de comptes dès novembre 2016

Gérer ses comptes à distance, faire des virements internes et externes, ça, c’est déjà possible même dans les banques traditionnelles ! Ce qui est inédit par contre pour les banques avec agences, c’est de permettre depuis l’espace client de visualiser et de gérer les comptes ouverts dans d’autres établissements. Ce type de service c’est ce qu’on appelle les agrégateurs de comptes.

Cet outil très pratique pour les clients multibancarisés sera bientôt accessible à ceux de la Société Générale. La banque rouge et noire a annoncé en effet le 6 octobre 2016, que le « projet est en cours ». Elle s’appuiera sur la technologie développée par Fiduceo – start-up rachetée en 2015 – et qui est à l’origine du service d’agrégation déjà offert aux clients de Boursorama Banque, la banque en ligne filiale de la Société Générale.

Depuis le 1er mars 2017, la fonction d’agrégation de comptes externes est disponible sur le site et l’application de la Société Générale. Elle est toutefois réservée aux adhérents Jazz, aux clients titulaires de l’Offre Haute Fidélité et aux clients Société Générale Private Banking.

Mais avant la maison mère, ce sera d’abord le Crédit du Nord, autre filiale de la Société Générale, qui sautera le pas. Dès novembre prochain, ses clients pourront utiliser « Synthèse multibanque ». Accessible depuis le site de banque à distance et l’application mobile du Crédit du Nord, cet outil permettra aux clients particuliers comme professionnels de consulter l’ensemble de leurs comptes bancaires. Puis, plus tard, ce service leur permettra aussi de gérer leur budget et d’agréger des factures. Prometteur ! Promis dès qu’on en sait plus, on vous tiendra au courant 😉

Le 18 novembre, l’agrégateur de comptes du Crédit du Nord était lancé !

HSBC, BPCE et le Crédit Agricole sont aussi sur le coup !

HSBC s’apprêterait également à sortir son agrégateur développée avec Linxo, le numéro 1 de l’agrégation de comptes en France. Selon les informations de l’AGEFI, l’agrégateur de comptes de HSBC France sera disponible demain – jeudi 20 octobre – pour les clients détenteurs d’un iPhone !

HSBC

A lire aussi

Montée en gamme de l’application mobile de HSBC

Lire la suite

Linxo est d’ailleurs à ce titre une fintech très courtisée. Rappelez-vous, en mai dernier on apprenait que BforBank, banque en ligne filiale du Crédit Agricole, avait signé un partenariat avec Linxo. Le but : muscler l’outil de gestion de budget de BforBank, outil qui n’intègre pas, pour le moment, l’agrégation de comptes ouverts dans d’autres banques… Est-ce que le Crédit Agricole – qui est d’ailleurs actionnaire de Linxo – ne va pas se servir de ce rapprochement pour proposer lui aussi un agrégateur multibanques ? Les paris sont lancés !

Autre groupe bancaire qui pourrait également s’y mettre : BPCE. Selon lesechos.fr, ce groupe issu de la fusion des Caisses d’Epargne et des Banques Populaires sortira, lui aussi, courant novembre son propre agrégateur….

Le 24 novembre, le groupe BPCE annonçait l’enrichissement de ses applis iPhone – lesquelles intègrent désormais un agrégateur de comptes externes.

L’agrégateur de comptes : une solution pour retenir les clients ?

En proposant ce service, les BPCE, Société Générale et autres Crédit Agricole entendent sûrement faire passer le message suivant à leurs clients. « Ok, on veut bien que vous ayez un compte dans une banque en ligne. D’ailleurs, ce n’est pas un problème puisqu’on vous facilite la gestion de vos multiples comptes. Mais restez chez nous parce que nous aussi on vous propose des outils digitaux de qualité. »

Crainte fondée car les banques en lignes, les néo-banques et autres fintechs commencent à rivaliser dangereusement avec les banques traditionnelles.

Les banques en ligne passent à l’offensive

En effet, le secteur bancaire est en pleine mutation avec l’entrée prochaine de nouveaux acteurs comme N26, Morning ou encore Orange Bank, mais pas que.

Lancement de la CB Morning

A lire aussi

Morning : vous pouvez déjà commander votre CB !

Lire la suite

Les banques en ligne – déjà présentes sur le marché – ne se contentent plus d’être une banque secondaire pour leurs clients. Elles veulent au contraire devenir votre banque principale. Comment ? Soit, comme ING Direct, en modifiant leurs conditions d’éligibilité et en réservant la CB gratuite à ceux qui domicilient leurs revenus. Soit en proposant du crédit immobilier, un outil de conquête de clients important. C’est le choix de Boursorama Banque, Hello bank! et ING Direct.

Vers une législation plus favorable aux acteurs en ligne

En plus, avec l’entrée en vigueur en février 2017 de la loi Macron, changer de banque sera plus facile. Résultat, vous serez peut-être plus tenté d’ouvrir un compte dans une banque en ligne.

Infographie LesEchos mobilité bancaire

A lire aussi

D’ici 4 mois changer de banque devrait être un jeu d’enfant !

Lire la suite

Sans oublier l’impact de la directive européenne PSD 2 qui entrera en vigueur fin 2017. Elle va permettre notamment aux intermédiaires entre les banques et les consommateurs – comme les agrégateurs indépendants Bankin’ et Linxo – d’avoir accès à coup sûr aux informations bancaires de leurs clients. Jusqu’ici, les banques pouvaient toujours tenter d’empêcher les start-up d’accéder aux données de leurs clients, ce ne sera bientôt plus le cas.

Bilan, entre les nouveaux entrants, les banques en ligne et la législation qui évolue, les banques traditionnelles ont bien raison de muscler leur offre ! Mais est-ce que ça sera suffisant ? Affaire à suivre.

Marie-Eve F

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE