Publicité
Publicité
Le ministre de l’Economie s’intéresse beaucoup aux frais bancaires

Le ministre de l’Economie s’intéresse beaucoup aux frais bancaires

0

Suite à l’enquête de 60 millions de consommateurs sur les frais bancaires très excessifs imputés par les banques, le gouvernement a décidé de lancer un projet de réflexion.

Frais bancaires

L’étude de 60 millions de consommateurs a fait beaucoup de bruit ! Les frais bancaires imputés aux ménages et surtout à ceux les plus en difficulté sont excessifs !

Selon cette enquête, « l’ensemble des banques participe à un mécanisme bien rôdé de facturation de frais pour incidents de paiements ». Toujours selon cette étude, la banque prélève en moyenne 34 € de frais pour incidents par an sur l’ensemble de ses clients. Pour ceux en difficulté, la note atteint 296 €. Et une personne en difficulté sur cinq s’est vue prélever plus de 500 € de frais d’incidents.

Frais bancaires

A lire aussi

Selon 60 millions de consommateurs, les banques abusent de leurs clients en difficulté

Lire la suite

Le ministère de l’Economie souhaite qu’on examine ces frais de bien plus près

Déjà à l’époque de sa publication, le ministère de l’Economie et des Finances avait confié y porter beaucoup d’attention. Le ministre, Bruno Le Maire, a donc décidé de confier une mission de réflexion sur le sujet au Conseil consultatif du secteur financier (CCSF).

Un organe de dialogue, composé de membres représentant les établissements financiers et les consommateurs, des parlementaires, des personnalités qualifiées et de représentants des salariés du secteur financier, a été mis en place.

Le ministre demande au CCSF d’examiner « le montant des frais, effectivement facturés, l’effectivité des dispositifs de plafonnement prévue par la réglementation » et de suggérer « différentes pistes pouvant permettre d’éviter les cas de facturations excessives notamment pour les publics modestes ou fragiles ».

Les conclusions de cette mission sont attendues début 2018. Affaire à suivre donc…

Publicité
Publicité

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE